DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Budget des sports: Macron écrit aux sportifs pour les rassurer

Vous lisez :

Budget des sports: Macron écrit aux sportifs pour les rassurer

Le président Emmanuel Macron à Besançon le 16 novembre 2018
@ Copyright :
Sebastien Bozon
Taille du texte Aa Aa

"L'Etat est présent à vos côtés et accompagne chaque sportif, professionnel comme amateur, dans notre pays", écrit le président de la République Emmanuel Macron dans une lettre adressée aux sportifs de haut niveau datée de jeudi.

Dans cette missive, révélée par L'Equipe et dont l'AFP a eu copie, le chef de l'Etat tente de rassurer les 400 sportifs auteurs d'une lettre ouverte s'inquiétant de la diminution des moyens et l'engagement de l'Etat dans le sport, publiée le 19 octobre par le Parisien.

gi

"Je tiens à vous assurer qu'il n'a jamais été question de supprimer 1.600 postes d'encadrement technique, auxquels vous tenez légitimement et je suis surpris que vous ayez pu être informés du contraire", poursuit le Président.

Il fait allusion aux Conseillers techniques sportifs (CTS), au nombre de 1.600, qui sont placés auprès des fédérations comme entraîneurs pour le haut niveau ou formateurs pour les éducateurs dans les clubs avec un statut de fonctionnaires.

En pleine réforme de la gouvernance du sport français, c'est l'un des sujets qui fâchent, depuis la révélation d'une lettre de cadrage de Matignon demandant fin juillet la suppression de 1.600 équivalent temps plein dans les effectifs du ministère des Sports d'ici 2022.

Macron prône, à l'instar de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, un changement de leur statut.

"L'objectif poursuivi, à travers ce changement de mode de gestion, est simple: intégrer davantage ces personnels, dont le caractère public de l'emploi n'apparaît pas toujours nécessaire, à la vie des fédérations et leur permettre de mieux répondre aux attentes des clubs et des bénévoles", explique le chef de l'Etat.

- Réductions budgétaires -

Celui-ci tente aussi de rassurer quant au budget du sport, actuellement en discussion au Parlement. "J'ai souhaité que le budget 2019 traduise l'engagement sans précédent de l'Etat en faveur du sport de haut niveau avec 55 millions d'euros de mesures nouvelles pour la haute performance et le développement des pratiques", ajoute-t-il.

Sur fond d'objectif de réduction des déficits du gouvernement, le budget du ministère des Sports a dégringolé à 465 millions d'euros dans le projet de loi de finances 2019, après deux baisses successives (il se situait à 517 millions en 2017).

L'envoi de ce courrier intervient alors que la ministre rencontrait vendredi les présidents de fédérations, au Comité national olympique et sportif français (CNOSF), afin de leur présenter le projet de réforme du modèle sportif français, et particulièrement la mise en place le 1er mars 2019 d'une Agence nationale du sport qui pilotera le haut niveau et le développement des pratiques sportives.

"J'ai l'impression qu'elles (les fédérations) ont entendu", a ensuite commenté Maracineanu face à la presse, alors que le président du CNOSF Denis Masseglia a lui estimé qu'elles avaient "obtenu des réponses à la quasi-totalité des questions" et avaient pu être "rassurées".

Le projet de nouvelle gouvernance du sport français sera soumis à un vote de l'assemblée générale du CNOSF le 28 mai, a également indiqué Masseglia.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.