DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2016: Keino passe d'accusé à témoin à charge

Vous lisez :

JO-2016: Keino passe d'accusé à témoin à charge

JO-2016: Keino passe d'accusé à témoin à charge
Taille du texte Aa Aa

Le légendaire athlète et ex-président du Comité olympique kényan Kipchoge Keino est passé du statut d'inculpé à celui de témoin à charges dans l'affaire de corruption et détournement de fonds lors des JO-2016 à Rio, a annoncé vendredi à l'AFP l'avocat de l'ancien membre du CIO.

"Le nouveau chef d'inculpation implique que Keino n'est plus un accusé. Il est devenu un témoin à charges, a déclaré à l'AFP maître Cecil Miller. C'est un énorme soulagement pour nous tous".

gi

Kip Keino, double champion olympique aujourd'hui âgé de 78 ans, a été libéré des charges pesant à son encontre tout comme six autres dirigeants kényans accusés d'abus de pouvoir et de non-respect des lois sur la gestion des fonds publics, en lien avec le détournement de plus de 500.000 dollars (433.000 euros) lors des JO-2016.

Keino, qui a été remplacé comme chef du Comité olympique kényan par l'ancien détenteur du record du monde du marathon Paul Tergat, était accusé d'avoir accordé 2,5 millions de shillings (21.300 euros) à son fils Ian pour payer son billet d'avion et ses frais à Rio.

L'ancien champion a toujours nié avoir commis la moindre faute.

"Je n'étais pas signataire pour l'argent donné par le gouvernement pour les Jeux olympiques de 2016", avait-il déclaré à l'AFP. "Mon rôle, en tant que président du Comité national olympique kényan, était de m'assurer que les équipes aient tout ce dont elles avaient besoin pendant leur préparation."

La corruption est fréquente au Kenya où des millions de dollars d'argent public sont détournés chaque année.

Aux JO-2016, des tenues d'athlètes kényans avaient également été volées par des officiels.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.