DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : Theresa May défend son accord bec et ongle

Vous lisez :

Brexit : Theresa May défend son accord bec et ongle

Brexit : Theresa May défend son accord bec et ongle
Taille du texte Aa Aa

Avant de se rendre mercredi après-midi à Bruxelles pour faire le point sur les négociations du Brexit, Theresa May a de nouveau répondu aux questions des députés britanniques.

Malgré la fronde des parlementaires très hostiles à l'accord négocié avec Bruxelles, la Première ministre reste convaincue que son accord est la moins pire des solutions pour quitter l'Union européenne, d'autant qu'une deuxième étape commencera après le 29 mars pour préparer la future relation avec l'UE.

Theresa May: "L'enjeu du vote [...] est très simple. Si vous examinez l'alternative à cet accord avec l'Union européenne, soit il y aura plus d'incertitude, plus de division, soit il n'y aura pas de Brexit du tout."

Theresa May a déjà gagné une première manche en début de semaine : les frondeurs de son propre parti n'ont pas réussi à imposer un vote de défiance au Parlement. Ils avaient besoin du soutien de 48 députés pour enclencher la procédure mais mardi le comptage restait bloqué à 25. Un camouflet pour les "hard brexiters".

L'horizon politique de Theresa May n'en reste pas moins bouché : elle va devoir livrer une bataille homérique avant la trêve de Noël.
Un vote est pour l'instant programmé le 11 décembre. Si le parti nord-irlandais DUP, en coalition avec Theresa May, devait lâcher la Première ministre comme il l'a déjà fait savoir, l'arithmétique parlementaire serait très défavorable à Theresa May. La cheffe des conservateurs partirait alors avec avec une minorité de quelques voix, et devrait donc compenser chaque défection par un soutien dans les rangs de l'opposition travailliste... or le leader Jeremy Corbyn a déjà appelé à voter contre le texte.

Avec Agences