DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corée du Sud: le chef d'une secte condamné pour le viol de fidèles

Vous lisez :

Corée du Sud: le chef d'une secte condamné pour le viol de fidèles

Le pasteur sud-coréen Lee Jaerock à Jérusalem le 6 septembre 2009.
@ Copyright :
MENAHEM KAHANA
Taille du texte Aa Aa

Le chef d'une secte sud-coréenne a été condamné jeudi à 15 ans de réclusion criminelle pour le viol de huit femmes, dont certaines le considéraient comme Dieu.

Les victimes du pasteur Lee Jaerock, 75 ans, "étaient incapables de résister car elle étaient soumises à l'autorité religieuse absolue de l'accusé", a souligné le juge Chung Moon-sung devant le tribunal du district central de Séoul.

gi

La dévotion religieuse peut être très forte en Corée du Sud, où 44% des habitants se déclarent croyants.

La plupart appartiennent à des Églises reconnues, souvent riches et puissantes, fréquentées par des dizaines de milliers de fidèles qui n'hésitent pas à leur verser jusqu'à 10% de leurs revenus.

Mais il existe de nombreuses Églises marginales, dont certaines ont été impliquées dans des affaires de malversations, de coercition, de "lavage de cerveau", de manipulation et autres pratiques associées dans le monde entier à des pratiques sectaires.

Lee Jaerock avait fondé l'église de Manmin, d'inspiration protestante, en 1982, à Guro, un quartier alors pauvre de Seoul. Elle ne comptait que 12 fidèles mais en revendique à présent 130.000. Elle dispose d'un vaste siège, d'un auditorium luxueux, et son site internet met en avant quantité de guérisons miraculeuses.

Dans le sillage des révélations de la déferlante mondiale #MeToo qui a aussi débarqué en Corée du Sud, trois fidèles ont dénoncé cette année le leader religieux. Elles ont raconté comment il les avait convoquées dans son appartement et violées.

- "Être divin" -

"Je n'étais pas capable de lui résister. Il était plus qu'un roi. C'était Dieu", a témoigné une victime, membre de l'église depuis son enfance, sur la télévision sud-coréenne.

Le pasteur a dit à une autre victime qu'elle était au paradis et qu'elle devait se dénuder comme Adam et Ève dans le jardin d'Éden. "J'ai pleuré parce que je détestais faire ça".

Huit femmes au total ont porté plainte et le tribunal a reconnu Lee Jaerock coupable de les avoir violées et violentées "des dizaines de fois" sur une longue période.

"Par ses sermons, l'accusé a directement ou indirectement suggéré qu'il était l'esprit saint". Et les victimes pensaient "que c'était un être divin avec des pouvoirs divins", a souligné le juge.

Le pasteur, qui conteste les accusations, a accueilli le verdict les yeux clos, ne montrant aucune émotion devant la centaine de ses fidèles venus assister à l'audience, dont certains soupiraient en silence.

Son avocat a accusé les plaignantes de mentir pour se venger d'avoir été excommuniées après avoir contrevenu aux règles de l'église.

Devant le tribunal, d'anciens fidèles étaient venus cependant pour dénoncer l'accusé.

"L'église centrale de Manmin est centrée sur l'adoration du pasteur Lee Jaerock", a lancé Kim Yu-sun, qui y a passé 20 ans. "Maintenant que je fréquente une église différente, je vénère Jésus et je prie Dieu", dit-elle. "Je suis heureuse".

La Corée du Sud est un terrain fertile pour les groupes religieux aux idéologies bien affirmées, qui offrent réconfort et espoir de salut à des gens parfois décontenancés par une société ultra-concurrentielle où le statut fait tout. Certains disent éclairer la voie vers la prospérité matérielle et spirituelle et le message fait mouche.

- "Seconde venue du Christ" -

Dans une étude gouvernementale de 2015, 28% des Sud-Coréens déclaraient appartenir à une église chrétienne, 16% se présentant comme bouddhistes.

Mais d'après Park Hyung-tak, directeur de l'Institut coréen de recherches sur l'hérésie chrétienne, deux millions de personnes appartiennent à des sectes.

"On a dans ce pays 60 chefs sectaires qui prétendent représenter la seconde venue du Christ voire Dieu lui-même", dit-il à l'AFP.

"Bon nombre de ces sectes montrent du doigt les méga-églises engluées dans la corruption et les scandales pour mettre en lumière leur propre pureté présumée et attirer les fidèles", explique-t-il.

L'église du pasteur Lee a été condamnée comme hérétique par les principales organisations chrétiennes, notamment en raison de ses prétentions aux guérisons miraculeuses.

Barbara Vollath, une Allemande de 49 ans, explique par exemple sur le site de l'organisation être née sourde mais avoir été guérie d'un cancer des os et avoir recouvré l'ouïe grâce à elle.

D'autres sectes sud-coréennes ont été à l'origine de scandales. En 1987, 32 fidèles d'une secte apocalyptique appelée Odaeyang avaient été retrouvés morts, vraisemblablement victimes d'un pacte de suicide et/ou de meurtre.

Elles peuvent aussi pénétrer les plus hautes sphères du pouvoir. Choi Soon-Sil, au coeur d'une affaire de corruption ayant emporté l'ex-président Park Geun-hye, était la fille d'un mystérieux chef religieux, Choi Tae-min. Ce dernier avait fait office de mentor de Mme Park.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.