Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les migrants honduriens vont devoir patienter au Mexique

Les migrants honduriens vont devoir patienter au Mexique
Tous droits réservés
REUTERS/Alkis Konstantinidis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les milliers de migrants honduriens arrivés ces derniers jours à la frontière américaine devront rester aux Mexique le temps que leur demande d'asile soit étudiée aux États-Unis. C'est ce qu'a annoncé samedi soir Donald Trump sur Twitter.

"Les migrants ne pourront entrer aux États-Unis tant que leur demande n'aura pas été approuvée individuellement par un tribunal", écrit le président américain. Tous les demandeurs d'asile devront donc "rester au Mexique". A défaut, Donald Trump menace de nouveau de fermer totalement la frontière.

Après avoir un temps confirmé cet accord, les autorités mexicaines ont finalement déclaré que rien n'avait encore été signé.

Mais sur le terrain, les migrants ont été invités à s'enregistrer pour obtenir un permis de travail mexicain. Laissant présager un séjour prolongé sur place pour les candidats à l'exil.

Une "caravane" de milliers de migrants, essentiellement des Honduriens qui ont quitté leur pays d'Amérique centrale mi-octobre pour fuir la violence et la pauvreté, a commencé à arriver à la frontière américaine.

Parmi les Honduriens qui se massent à Tijuana, dans le nord-ouest du Mexique, les premières réactions à ce possible accord étaient mitigées.

"Laisser les demandeurs d'asile bloqués au Mexique les mettra en danger", a commenté auprès de l'AFP Lee Gelernt, avocat au sein de l'organisation de défense des droits civiques ACLU. "L'administration Trump devrait se concentrer sur les moyens de fournir une procédure de demande d'asile équitable et légale aux États-Unis plutôt que de chercher de nouveaux moyens pour l'affaiblir".

Avec Agences