Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les Taïwanais se prononcent contre le mariage homosexuel

Les Taïwanais se prononcent contre le mariage homosexuel
Tous droits réservés
Reuters/Tyrone Siu
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Taïwanais se sont en majorité prononcés contre le mariage homosexuel samedi.

"C'est un coup dur et un pas en arrière pour les droits de l’homme à Taïwan".

Amnesty International ONG

Dix référendums d’initiative citoyenne posaient aux électeurs des questions sur des sujets de société. Celle proposant de légaliser le mariage homosexuel a n'a récolté au 3,4 millions de votes pour et 33 % des suffrages exprimés. Contre celle qui affirmait que le mariage doit unir uniquement un homme et une femme. Cette dernière a réuni 7,7 millions environ et 72 % des suffrages exprimés.

Jennifer Lu, porte-parole de la Coalition pour l’égalité devant le mariage, reproche au gouvernement "son incompétence" : "Les gays font partie de cette société. Nous ne devrions pas être exclus du système. L'existence de chaque famille a un but et une valeur. Chaque personne vivant dans ce monde a sa raison d’être."

Les dix référendums étaient seulement consultatifs pour le gouvernement. Celui-ci tarde déjà à appliquer une décision de la Cour constitutionnelle de mai 2017 en faveur du mariage homosexuel.

Défaite des progressistes au pouvoir

En parallèle, des élections locales ont infligé une cinglante défaite du parti au pouvoir. Un vote sanction contre la présidente Tsai Ing-wen qui pose la question de son intransigeance vis-à-vis de Pékin. La présidente de Taïwan s'est toujours affichée comme une championne de la démocratie face à l'autoritarisme d'une Chine qui considère toujours l'île comme une partie à part entière de son territoire.

Tsai Ing-wen a dû quitter la direction de sa propre formation et remettre en question à ses espoirs de réélection en 2020.