DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournées: le Nord montre ses muscles à un an de la Coupe du monde

Vous lisez :

Tournées: le Nord montre ses muscles à un an de la Coupe du monde

Taille du texte Aa Aa

L'Irlande vainqueur de la Nouvelle-Zélande pour la première fois à Dublin, neuvième succès consécutif pour le pays de Galles, l'Angleterre qui se relève: les nations européennes ont montré en novembre qu'elles pouvaient rivaliser avec celles de l'hémisphère sud lors de la Coupe du monde 2019 au Japon.

. Irlande et Galles en pleine forme

gi

A moins d'un an du grand rendez-vous planétaire (20 septembre - 2 novembre), le Nord avait une ultime occasion de prouver que le dernier carré de l'édition 2015, 100% sudiste (Nouvelle-Zélande, Australie, Afrique du Sud, Argentine), relevait de l'histoire ancienne.

Le XV du Trèfle, toujours aussi rigoureux et rodé tactiquement, a bouclé son année fabuleuse crescendo: après le Grand Chelem dans le Tournoi des six nations, obtenu à Twickenham chez le grand rival anglais le jour de la Saint-Patrick, et la tournée victorieuse en Australie (2 succès pour 1 revers, leur seul de l'année), l'équipe de Joe Schmidt a vaincu les doubles champions du monde en titre néo-zélandais pour la première fois à Dublin (16-9), deux ans après son premier succès de l'histoire face aux All Blacks à Chicago.

De quoi en faire un favori pour le titre mondial? C'est le pari du sélectionneur néo-zélandais Steve Hansen, qui veille toujours à mettre l'adversaire sur un piédestal. Une "plaisanterie", a rétorqué son compatriote Schmidt.

Les Gallois, eux, ne plaisantent pas: victoires sur l'Ecosse (21-10), l'Australie pour la première fois en dix ans (9-6) et l'Afrique du Sud (20-11), l'équipe de Warren Gatland, déjà impressionnante en juin (un succès en Afrique du Sud, deux en Argentine), en est à 9 succès de suite et se retrouve 3e au classement mondial. Avec un effectif qui a gagné en profondeur (émergence notamment de Gareth Anscombe au poste d'ouvreur), le XV du Poireau s'est affirmé.

. L'Angleterre se rassure, la France inconstante

Tombée de haut au premier semestre (cinq défaites en huit matches!) après deux années quasi-parfaites (aucune défaite en 2016, une seule en 2017), l'Angleterre s'est rassurée avec trois victoires en quatre matches, la dernière confortable samedi face à l'Australie (37-18). Au-delà des résultats - elle aurait dû perdre contre l'Afrique du Sud (12-11) et pu gagner contre la Nouvelle-Zélande (15-16) -, l'équipe d'Eddie Jones semble avoir retrouvé une défense hermétique et des trois-quarts mordants.

L'Ecosse affiche elle un bilan à l'équilibre: battue à Cardiff (21-10) et à Murrayfield par l'Afrique du Sud (26-20), elle a assuré le minimum syndical face aux Fidji (54-17) et l'Argentine (14-9).

Ce que n'a pas réussi à faire la France, battue pour la première fois de son histoire samedi par les Fidjiens (21-14). Une rechute pour les Bleus, battus sur le fil par les Springboks (29-26) pour avoir mal géré la fin de match mais qui avaient bien réagi en dominant nettement l'Argentine (28-13).

. Un Sud contrarié

Malgré une seconde défaite en 2018, la Nouvelle-Zélande reste, vu la richesse de son effectif, le candidat N.1 à sa propre succession. Au contraire des Wallabies, qui ont perdu à Londres leur 9e match de l'année sur 13 disputés. Désormais 6e mondiale, l'Australie, finaliste en 2015, n'est plus que l'ombre d'elle-même et le mandat de Michael Cheika prend des allures de calvaire.

Pour les deux autres nations du Sud, c'est mitigé: si l'Afrique du Sud a confirmé son redressement depuis l'arrivée de Rassie Erasmus en remportant deux matches (France, Ecosse) sur quatre très copieux (Angleterre, Galles), l'Argentine, à bout de souffle au terme d'une longue saison, n'a rien gagné et a été nettement dominée par la France (28-13), son premier adversaire en phase de poules au Japon.

Et le pays-hôte dans tout cela? Les Brave Blossoms, qui n'ont pas de tournoi annuel pour se jauger, ont sombré contre la Nouvelle-Zélande (69-31), tenu une période face aux Anglais (35-15) et peiné face à la modeste Russie (32-27). Il devront faire plus pour espérer sortir d'une poule difficile (Irlande, Ecosse, Samoa, Russie) dans dix mois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.