Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ukraine-Russie : la guerre des mots

Ukraine-Russie : la guerre des mots
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pour l'Ukraine, c'est une agression de la Russie. Pour les Russes, c'est une intrusion illégale des Ukrainiens, mais un incident minime... Des points de vue qui sont diamétralement opposés. Mais des deux côtés, une même hostilité affichée.

"Ils veulent prendre le contrôle de la mer d'Azov tout entière, en dépit du droit d'international"

Petro Porochenko Président ukrainien

Pour la première fois depuis les événements de dimanche dans le détroit de Kertch, Vladimir Poutine assène ses coups contre le président ukrainien Petro Porochenko. Le président russe laisse clairement entendre que son homologue aurait ses propres motivations politiques à quatre mois du scrutin présidentiel.

"Que s'est-il passé en 2014 quand la Crimée a décidé de se réunir avec la Russie ? C'était totalement différent. La guerre civile dans le sud-est de l'Ukraine, avec un gouvernement qui utilise des chars d'assauts, l'artillerie lourde et même la puissance aérienne... C'était une guerre. Mais aucune loi martiale n'avait été déclarée. Et maintenant, après un incident mineur dans la mer Noire, ils l'imposent... C'est clairement décidé en prévision des élections de 2019, c'est évident", a déclaré le président russe.

Alors que Kiev ne décolère pas après ce qu'elle considère être une agression de son gigantesque voisin, Vladimir Poutine a insisté sur le fait que, selon lui, les gardes-côtes russes avaient simplement "rempli leur devoir avec précision".

Bataille de communication

La Russie a accru son contrôle sur le détroit de Kertch avec la construction d'un pont de 19 km l'an dernier. Une voie maritime également stratégique pour l'Ukraine, notamment sur le plan commercial, qui permet aux navires de circuler depuis la mer d'Azov vers la Mer Noire.

Interrogé en exclusivité sur NBC, le président Petro Porochenko considère la présence russe comme une "occupation" contraire à leur "accord de 2003".

"Ils veulent prendre le contrôle de la mer d'Azov tout entière, en dépit du droit d'international, et de notre accord bilatéral de 2003", a-t-il déclaré. "C'est l'objectif réel de la Russie : occuper cette mer. C'est le début d'une agression de leur part, ce n'est pas une attaque de nos deux petits navires et de notre remorqueur : c'est une agression dans la mer d'Azov.", a ajouté Petro Porochenko.

Tensions en continu

La loi martiale, promulguée ce mercredi par le président ukrainien doit rester active 30 jours, alors que l'élection présidentielle ukrainienne doit se tenir fin mars. De leur côté, les Russes maintiennent prisonniers les 24 marins ukrainiens arrêtés dimanche. Entre les deux voisins, le fossé est encore loin de se réduire.

Les gardes-côtes russes ont arraisonné dimanche trois navires de la Marine ukrainienne en mer Noire, non loin de la péninsule ukrainienne de Crimée annexée par la Russie en 2014, tirant sur eux et faisant au moins trois blessés parmi les marins à bord.

Il s'agit de la première confrontation militaire ouverte entre Moscou et Kiev depuis cette annexion et le début la même année d'un conflit armé dans l'est de l'Ukraine entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes qui a fait plus de 10 000 morts.