DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L1: Marseille rate le podium, battu par un Nantes requinqué

Vous lisez :

L1: Marseille rate le podium, battu par un Nantes requinqué

L1: Marseille rate le podium, battu par un Nantes requinqué
Taille du texte Aa Aa

Marseille a raté l'occasion de se rapprocher du podium en allant perdre (3-2) chez un Nantes bien plus combattif que son hôte, à l'image de Sala, buteur et passeur, mercredi pour la 16e journée de Ligue 1.

Alors qu'ils pouvaient revenir à la hauteur de Montpellier, 3e avec 29 points après avoir été battu par Lille mardi, Marseille reste au 5e rang avec 26 unités.

gi

Nantes, qui restait sur deux nuls et une défaite, a montré qu'il pouvait tenir tête aux équipes du haut du tableau et remonte quant à lui au 12e rang avec 20 points.

Décu par la prestation terne de ses joueurs à Reims (0-0) dimanche, Rudi Garcia avait opté pour un 4-3-3, avec Valère Germain en pointe entouré de Lucas Ocampos et de Florian Thauvin, et surtout laissant Dimitri Payet sur le banc.

Face au gros défi athlétique des Canaris, le milieu composé de Morgan Sanson, Kevin Strootman et Luiz Gustavo a eu du mal à remonter le ballon et l'OM a souvent procédé par ballons longs et renversements en première période, sans grand succès.

Mais même lors de la seconde période, Marseille n'a pratiquement jamais été dangereux dans le jeu. A l'exception de l'ouverture du score, qui est tout de même venue d'une belle prise d'initiative de Rolando qui s'est infiltré dans le terrain adverse pour servir Ocampos sur l'aile, dont le centre en retrait a trouvé Sanson qui a bien ouvert son pied (0-1, 29).

Pour le reste, les Phocéens ont beaucoup compté sur les coups de pied arrêtés.

Florian Thauvin a ainsi trouvé deux fois la tête de Rolando (12, 19) pour les premières alertes sur le but jaune et vert, avant de transformer un pénalty pour une main de Nicolas Pallois.

L'international français marquait, avec l'aide du dessous de la barre transversale (1-2, 36), son 11e but de la saison et le 25e de l'année 2018, une statistique dépassée seulement par Cristiano Ronaldo et Messi en Europe.

- Largesses défensives -

La plus grosse, et pour tout dire la seule, occasion de Marseille en seconde période, est aussi venue d'un corner tiré par Thauvin et dévié par Gustavo sur le poteau (76).

Mais plus que ses difficultés relatives en attaque, Marseille a surtout payé ses largesses défensives.

L'absence totale de marquage sur un buteur comme Emiliano Sala sur l'égalisation - d'une superbe tête après un centre d'Abdoulaye Touré (1-1, 30) - est ainsi une énorme faute, d'autant qu'Adil Rami l'avait vu en jetant un regard derrière lui quelques secondes avant.

De même, sur la seconde égalisation dans le temps additionnel du premier acte, l'arrière-garde phocéenne a semblé bien timorée face au lion Sala qui a arraché le ballon pour rendre la politesse à Touré en retrait, dont le plat du pied ne laissait aucune chance à Mandanda (2-2, 45+1).

Juste avant, le portier n'avait pas non plus montré une grande assurance en voyant sa transversale venir le sauver sur un coup-franc de Gabriel Boschilia en angle fermé (45).

Ce n'était que partie remise pour l'Italo-brésilien, à point nommé pour pousser le ballon dans le but sur un service de Lima après deux nouveaux duels perdus à l'agressivité par Rami contre Sala, et Bouna Sarr face à Lima (3-2, 65).

Des carences défensives qui coûtent cher et qu'il faudra gommer avant d'aller à Saint-Etienne, à égalité de points avec l'OM, dimanche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.