DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Smic, heures supplémentaires... La réponse de Macron aux Gilets jaunes

Smic, heures supplémentaires... La réponse de Macron aux Gilets jaunes
Taille du texte Aa Aa

Le chef de l'état ne s'était pas exprimé depuis le début du mouvement des gilets jaunes, il y a presque un mois. Suite à la suspension de la taxe carbone qui n'a pas suffi à calmer la grogne, Emmanuel Macron était attendu sur le dossier du pouvoir d'achat. Le président a semblé faire son mea culpa sur la forme, « il m'est arrivé de blesser certains d'entre vous par mes propos » a-t-il concédé. Quant au fond, il a multiplié les annonces sans pour autant céder aux demandes des « gilets jaunes ».

Hausse du Smic

Augmentation de 100 euros des salaires au niveau du Smic, exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois, heures sup payées "sans impôts ni charges": le chef de l'Etat a annoncé plusieurs mesures face à ce qu'il a appelé "l'état d'urgence économique et sociale".

"Je demande au gouvernement et au Parlement de faire le nécessaire afin qu'on puisse vivre mieux de son travail dès le début d'année prochaine. Le salaire d'un travailleur au Smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur", a-t-il affirmé lors de son "adresse à la Nation" télévisée, sans préciser la mesure.

Heures supplémentaires défiscalisées

Les heures supplémentaires seront versées "sans impôts ni charges dès 2019", comme cela avait été le cas sous le quinquennat Sarkozy. Le président de la République a également demandé "à tous les employeurs qui le peuvent" de verser "une prime de fin d'année à leurs employés" qui elle aussi sera sans impôt ni charge.

Pas de hausse de la CSG pour les retraites inférieures à 2000 euros

Le chef de l'Etat a également adressé un fort geste aux retraités, "partie précieuse de notre Nation".

"Pour ceux qui touchent moins de 2000 euros par mois, nous annulerons en 2019 la hausse de la CSG subie cette année. L'effort qui leur a été demandé était trop important et n'était pas juste", a-t-il dit. Jusque-là, seuls les retraités gagnant moins de 1.200 euros environ étaient exemptés.

Le retour sur la suppression de l'impôt sur la fortune a été écarté par Emmanuel Macron. Il s'est par contre dit favorable à une grande réflexion pour lutter contre l'évasion fiscale.

Les réactions

Le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, appelle déjà à un « acte V ». "Les paroles prononcées par le président sont vaines. (...) L'acte 5 qui se jouera samedi prochain sera un moment de grande mobilisation", a-t-il déclaré.

La patronne du Rassemblement national, Marine Le Pen, a estimé que « face à la contestation, Macron renonce à une partie de ses errements fiscaux (...) mais il refuse d'admettre que c'est le modèle dont il est le champion qui est contesté.(...) Bref, Macron recule pour mieux sauter".

Pour l'ancien socialiste et ministre de l'éducation, Benoît Hamon "la lutte paye. Macron a bougé. Un peu. Trop peu".

Retrouvez l'intégralité de l'intervention d'Emmanuel Macron :