DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les marins ukrainiens, des prisonniers de guerre de la Russie ?

Les marins ukrainiens, des prisonniers de guerre de la Russie ?
Taille du texte Aa Aa

La tension est toujours haute entre l’Ukraine et la Russie après les récents affrontements navals dans la mer d’Azov.

Cette fois c'est le statut des marins ukrainiens arrêtés par la Russie qui pose problème. Kiev les considère comme des prisonniers de guerre et exige qu'ils soient libérés immédiatement. Mais pour Moscou ce sont des citoyens ukrainiens, qui sont jugés pour des infractions pénales.

Sergey Badamshin, avocat du marin ukrainien Vasily Soroka : "La principale ligne de défense est, premièrement, qu'ils sont des militaires, ce sont des prisonniers de guerre et donc, conformément à la Convention de Genève, ils doivent être immédiatement libérés et renvoyés dans leur pays. Ma tâche maintenant, en tant qu'avocat, est tout d’abord de protéger les prisonniers de guerre, et je pense que mon pays doit les libérer, je pense que la Russie devrait assumer les obligations internationales qu’elle a contractées et ratifiées."

Moscou a répété que les marins seraient jugés selon le droit commun russe dès que leur état le permettra. L'accrochage avec la marine russe, fin novembre, a été d'une rare violence.

"Les blessés sont en convalescence, continue Sergey Badamshin. Ils ont été blessés par les gardes-frontières russes qui ont bombardé le Berdyansk, si j'ai bien compris. Ils ont tiré avec un AK 630, une arme d'artillerie qui tire comme une mitrailleuse."

Pour Leonid Slutsky, président du comité international de la Douma, l'arraisonnage a résulté d'une provocation destinée à assombrir encore l'image de la Russie avant une toujours hypothétique rencontre Trump-Poutine.

"Dans ce cas, je suis désolé, dit-il, si j’envahis subitement le territoire de quelqu'un, je suis arrêté ; mais si j'ai des épaulettes sur les épaules, alors je suis prisonnier de guerre ou quelque chose du genre ? C'est absurde et je pense que cela est bien compris par tous. Nos collègues de Kiev ne parviendront pas à attirer de nouveau la Russie dans le théâtre de l’absurdité."

Le président ukrainien a déclaré que Moscou n'avait retiré que 10% de ses effectifs militaires à sa frontière et que Kiev restait vigilant et préparé à l'éventualité d'une "invasion russe".