DERNIERE MINUTE

Yémen: la coalition somme l'ONU d'agir pour éviter un effondrement de la trêve

Des combattants près de la capitale yéménite Sanaa, le 19 décembre 2018
Des combattants près de la capitale yéménite Sanaa, le 19 décembre 2018 -
Tous droits réservés
Mohammed HUWAIS
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une coalition engagée au côté du pouvoir dans la guerre au Yémen a accusé mercredi les rebelles de violer le cessez-le-feu à Hodeida, âprement négocié, et averti qu’il pourrait s’effondrer si l’ONU n’intervenait pas.

Cette coalition, dirigée par l’Arabie saoudite, aide militairement depuis 2015 les forces loyalistes face aux rebelles qui se sont emparés en 2014 de vastes régions du Yémen, dont la capitale Sanaa et la cité portuaire de Hodeida, devenue le principal front de la guerre.

Après des pourparlers en Suède, rebelles et pouvoir avaient convenu le 13 décembre d’un cessez-le-feu entré finalement en vigueur mardi à Hodeida (ouest) après des mois de combats meurtriers qui ont fait craindre une aggravation de la crise humanitaire.

Preuve d’une situation fragile et instable, la coalition a mené une frappe contre l’aéroport de Sanaa, la première depuis les consultations en Suède, en affirmant avoir détruit un drone que les insurgés s’apprêtaient selon elle à lancer. Elle a accusé dans un communiqué les rebelles Houthis d’utiliser cet aéroport comme une base militaire.

La coalition a aussi accusé les rebelles d’avoir violé la trêve à 21 reprises depuis mardi à Hodeida, ville par où transite l’essentiel de l’aide humanitaire et des importations du Yémen menacé par la famine.

“Nous continuons à leur accorder le bénéfice du doute et à faire preuve de retenue mais les premiers signes ne sont pas encourageants”, a dit à l’AFP une source de la coalition. “Si l’ONU tarde à entrer en scène (…) l’accord (de cessez-le-feu) sera voué à l‘échec”.

- Résolution britannique à l’ONU/p>

Dans la ville de Hodeida, un habitant joint au téléphone, a rapporté que le calme était revenu, après des échanges sporadiques de coups de feu dans la nuit.

Les Houthis, qui se sont à nouveau engagés à respecter le cessez-le-feu, ont accusé en retour leurs adversaires de l’avoir violé, en affirmant que ces derniers avaient ciblé dans la nuit des secteurs dans la ville de Hodeida et dans la province du même nom.

Afin de protéger la trêve, Londres va proposer au Conseil de sécurité de l’ONU de voter une résolution cette semaine, selon le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt, en jugeant le cessez-le-feu à Hodeida “extrêmement fragile”.

La résolution entérinerait les termes de l’accord de Suède, autoriserait les Nations unies “à surveiller sa mise en œuvre” et définirait “des mesures urgentes pour atténuer la crise humanitaire”, a-t-il ajouté. “Nous demanderons au Conseil de sécurité de voter sur le projet dans les prochaines 48 heures”.

En outre, le président -nommé par l’ONU

du comité chargé de surveiller la trêve doit se rendre au Yémen plus tard cette semaine.

Ce comité est également chargé de surveiller le retrait des combattants de Hodeida et le départ des rebelles des principaux ports de la province du même nom. Il devra rendre compte chaque semaine au Conseil de sécurité.

- Observateurs –

C’est en juin dernier que les forces loyalistes, soutenues par les raids aériens de Ryad, ont lancé une offensive pour reprendre Hodeida, où les ONG avaient dit craindre le pire pour les civils.

L‘émissaire de l’ONU, Martin Griffiths, a multiplié les efforts pour faire cesser les combats à Hodeida et mettre fin au conflit au Yémen qui a fait au moins 10.000 morts et provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l’ONU. Des ONG estiment néanmoins que le bilan réel des victimes est largement plus élevé.

Conscient de la fragilité de l’accord après que sept trêves négociées par l’ONU ont échoué depuis le début du conflit, M. Griffiths a réclamé le déploiement rapide d’observateurs internationaux à Hodeida et dans des ports de la province. Selon des diplomates, quelque 30 à 40 observateurs pourraient y être déployés.

Outre le cessez-le-feu, l’accord de Suède prévoit un échange de quelque 15.000 prisonniers ainsi que des mesures pour faciliter l’acheminement de l’aide à Taëz (sud-ouest), ville aux mains des loyalistes et assiégée par la rébellion.

Les pourparlers interyéménites doivent reprendre fin janvier. L’aéroport de Sanaa, fermé depuis presque trois ans aux vols commerciaux, sera au centre de ces discussions, selon M. Griffiths.

L’Arabie saoudite sunnite, pays voisin du Yémen, a pris la tête de la coalition militaire pour aider le pouvoir à stopper l’offensive des rebelles lancée en 2014.

Venus du nord du Yémen, ces rebelles sont soutenus par l’Iran chiite, principal rival régional du royaume saoudien. Téhéran réfute toutefois toute implication militaire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.