PUBLICITÉ

Un juge polonais demande l'asile au Bélarus

Le siège de la Cour suprême polonaise à Varsovie (archive).
Le siège de la Cour suprême polonaise à Varsovie (archive). Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2018 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2018 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La justice polonaise a ouvert une enquête lundi après qu'un juge se soit réfugié au Bélarus en y demandant une protection. Varsovie veut savoir si ce magistrat est un espion travaillant pour le compte de la Russie.

PUBLICITÉ

Le bureau du procureur national a déclaré qu'il examinait les soupçons selon lesquels le juge aurait agi pour le compte d'un service de renseignement étranger.  En parallèle, l'agence de sécurité intérieure a entamé une enquête sur l'étendue des informations classifiées auxquelles le juge avait accès.

Le ministre des affaires étrangères, Radek Sikorski, a qualifié le juge de traître et a déclaré que cette affaire était choquante.

Selon les médias d'État du Bélarus, le juge Tomasz Szmydt a déclaré à des journalistes à Minsk, qu'il avait été contraint de quitter la Pologne, pays membre de l'OTAN et de l'Union européenne, en raison de désaccords avec les autorités en place.

Le gouvernement pro-Union européenne du Premier ministre Donald Tusk a pris le pouvoir en décembre en promettant de restaurer les normes démocratiques après huit années de règne du parti de droite Droit et Justice.

Droit et Justice, au pouvoir de 2015 à 2023, a procédé à une série de changements dans le système judiciaire qui lui ont donné plus de pouvoir sur les tribunaux et les organes judiciaires, érodant ainsi la séparation démocratique des pouvoirs. Cela a conduit à un différend avec l'UE.

Sur fond de diffamation

M. Szmydt, juge au tribunal administratif provincial de Varsovie, s'est fait connaître en 2019 lorsque lui et son ex-épouse se sont engagés dans une campagne de diffamation en ligne contre les juges qui critiquaient les changements judiciaires apportés par le ministère de la Justice.

Il avait travaillé au département des informations classifiées et statué sur diverses affaires liées à l'octroi d'habilitations de sécurité, a déclaré le ministre de la Justice Adam Bodnar lors d'une interview en soirée sur la chaîne privée TVN24.

« Nous ne savons pas de quelles informations il disposait », a déclaré M. Bodnar.

Dans une lettre adressée au président de la Cour administrative suprême de Varsovie, M. Szmydt a annoncé qu'il démissionnait de son poste pour protester « contre la politique injuste et néfaste menée par les autorités de la République de Pologne à l'égard de la République du Belarus et de la Fédération de Russie ».

La lettre a été publiée sur la plateforme de médias sociaux X dans un compte sous le nom de « Szmydt Tomasz ». Le profil n'a commencé à publier des messages que lundi, et il n'était pas clair si c'est bien le juge qui gère lui-même le profil.

Dans un autre message, le compte a accusé les autorités polonaises, qui sont fortement pro-Ukraine et pro-États-Unis, de « mener le pays à la guerre » - un message qui a ensuite été mis en évidence par l'agence de presse de l'État du Belarus, Belta.

À Minsk, Tomasz Szmydt aurait demandé la protection d'Alexandre Loukachenko, le dirigeant de longue date du Bélarus, en déclarant qu'il considérait le Bélarus comme un « pays à fort potentiel » dirigé par un « leader très sage » et un endroit où « on peut vivre en paix».

L'Allemagne, la Pologne et la République tchèque ont déclaré avoir été la cible de hacking. L'Allemagne a rappelé lundi son ambassadeur en Russie pour une semaine de consultations à Berlin, et le ministère tchèque des affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur de Russie à propos de ces attaques.

Après l'annonce de la fuite de M. Szmydt, M. Sikorski, ministre des affaires étrangères, a déclaré : « Nous avons déjà eu un traître, il semble que ce soit un cas similaire ».

En 2021, un soldat polonais, Emil Czeczko, s'est réfugié au Belarus pour y demander l'asile. L'année suivante, les autorités biélorusses annoncent qu'il a été retrouvé mort après s'être apparemment pendu à son domicile de Minsk.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

JO 2024 : les sportifs russes et bélarusses privés de défilé lors de la cérémonie d’ouverture

Un prisonnier politique bélarusse meurt d'une pneumonie faute de soins médicaux

Décès du chef de la diplomatie bélarusse : Vladimir Makei avait 64 ans