DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'armée syrienne au secours des Kurdes de Syrie

L'armée syrienne au secours des Kurdes de Syrie
Taille du texte Aa Aa

L'armée syrienne annonce ce vendredi son entrée dans la ville de Minbej, dans le nord du pays, répondant à l'appel à l'aide des forces kurdes il y a quelques jours.

Qui sont les Kurdes de Syrie ?

Représentant 15% de la population syrienne, les Kurdes ont instauré une fragile autonomie sur 30% du territoire syrien. Essentiellement sunnites, avec des minorités non musulmanes et des formations politiques souvent laïques, ils ont souffert de décennies de marginalisation et d'oppression et n'ont cessé de réclamer la reconnaissance de leurs droits culturels et politiques. Les Kurdes sont soutenus par la coalition internationale, menée par les Etats-Unis dans leur lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique.

Mais dernièrement, le YPG, principale milice kurde de Syrie, craignait une offensive de son voisin turc, qui considère le groupe comme "terroriste".

Pourquoi la Turquie craint-elle les Kurdes de Syrie ?

La Turquie, situé à une trentaine de kilomètres de Minjeb, voit en effet d'un mauvais œil l'installation d'une entité kurde à ses portes. Des Kurdes autonomes de l'autre côté de sa frontière pourrait renforcer les velléités séparatistes de la minorité kurde qui se trouve sur son propre territoire.

La pays dirigé par Recep Tayyip Erdogan considère que les forces kurdes "n'avaient pas le droit" de solliciter l'aide du régime syrien.

Pourquoi les Kurdes de Syrie craignaient-ils de plus en plus la Turquie ?

La crainte d'une offensive a été renforcée quand les Etats-Unis, allié des Kurdes, ont annoncé le retrait prochain de 2 000 militaires américains de Syrie.

Une "bonne" décision pour la Russie

Le retour des forces syriennes à Minbej, pour la première fois en six ans, intervient au moment où le régime a le vent en poupe. Il a multiplié les victoires militaires et semble sur la bonne voie pour briser son isolement diplomatique, comme le montre la réouverture jeudi à Damas de l'ambassade des Emirats arabes unis.

La Russie, soutien de Bachar Al-Assad, juge "positive" cette décision de l'armée syrienne, pour la stabilisation de la région.