Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Réveillon du Nouvel An : comment fait-on la fête en Europe ?

Réveillon du Nouvel An : comment fait-on la fête en Europe ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Comment fête-on le Nouvel An en Europe ? Des grenades écrasées contre des portes aux sous-vêtements rouges, en passant par les pétards et le hareng en fourrure, la rédaction d'Euronews partage avec vous les différentes festivités à travers le vieux continent.

Le “Vasilopita” en Grèce et à Chypre - par Marios Ioannou

En Grèce et à Chypre, nous préparons le “Vasilopita”, le gâteau traditionnel du Nouvel An. Une pièce de monnaie est ensuite cachée dans le gâteau. A minuit, on le coupe. Et pour celle ou celui qui trouvera la pièce, l’année à suivre sera marquée du signe de la chance et de l’argent. Mais pour se faire, la pièce devra être gardée bien au chaud au fond du portefeuille.

Après Noël, nous accrochons une grenade au-dessus d’une porte. Ce fruit est un ancien symbole de prospérité et de chance. A minuit au soir du Nouvel An, les lumières s'éteignent et on lance la grenade contre la porte. Puis au sol, on compte les grains qui se sont répandus. Plus il y a de grains, meilleure sera votre santé, votre prospérité, votre chance ou votre bonheur !

Surtout pas de volaille en Hongrie - par Noemi Mrav

En Hongrie, plusieurs plats traditionnels existent pour le réveillon du Nouvel An tels que des gâteaux salés, du porc rôti, de la soupe aux lentilles et des saucisses. Mais jamais, vous ne trouverez sur une table hongroise de la volaille. En effet, on considère que le poulet "grignote la bonne fortune".

Nous fêtons la nouvelle année à grands renforts de trompettes. Les enfants et les personnes déjà enivrées ont tendance à commencer à jouer de cet instrument bien avant minuit. Et quand l'horloge sonne les douze coups, tout le monde écoute l'hymne national à la télévision, debout avec une coupe de champagne à la main. Puis on se souhaite la bonne année. Toujours devant le poste de télé, nous suivons pour la plupart le discours du président. Enfin, nous téléphonons à nos proches pour leur souhaiter bonne chance pour l'année à venir.

"Hogmanay" en Ecosse - par Lindsey Johnstone

En Ecosse, Le Nouvel An s'appelle "Hogmanay". C'est un jour aussi important que Noël (qui, grâce au presbytérianisme, n'est devenu un jour férié qu'en 1958). A cette occasion, on se retrouve surtout dans les rues pour faire la fête. Et la fête d'Édimbourg est même l'une des plus importantes au monde. Sur le coup de minuit, vous vous jetez dans les bras de votre voisin et tout le monde reprend en coeur "Auld Lang Syne", que l’on doit au poète Robert Burns.

Ensuite, nous rendons visite à nos amis et voisins ou ces derniers viennent nous rendre visite. La première personne à franchir le seuil de votre porte est d’importance, puisque qu‘un homme de grande taille aux cheveux bruns vous apportera de la chance pour la nouvelle année, contrairement à une femme aux cheveux clairs qui sera un mauvais présage. Et lorsque vous vous préparez pour votre tournée, n’oubliez pas d’apporter un morceau de charbon pour le remettre aux propriétaires des lieux. Une fois la porte franchie, dites leurs "Lang may yer lum reek" ( "Que votre cheminée fume longtemps"). Et pour des raisons évidentes, venez aussi avec une bouteille de whisky dans vos poches .

Enfin le premier janvier, une blague entre amis est devenue une véritable tradition. Ainsi, des milliers de courageux se jettent dans les eaux glaciales de la mer du Nord, à l’occasion "Loony Dook" (“Le plongeon des dingos”) pour bien commencer la nouvelle année.

Le cotechino en Italie - par Luca Santocchia

La tradition italienne pour le Nouvel An consiste à manger à minuit le cotechino, une grande saucisse de porc, accompagné de lentilles. Cette tradition trouve son origine dans l’ancienne coutume romaine du scarsella, qui était un sac en cuir attaché à la ceinture et qui contenait des lentilles, avec le souhait que celles-ci soient transformées en pièces de monnaie. Et pour augmenter vos chances d’avoir une bonne année, n’oubliez pas de porter des sous-vêtements rouges !

Les 12 raisins de minuit en Espagne - par Rafa Cereceda

Pour "Nochevieja", le dernier jour de l'année en Espagne, on mange 12 raisins à minuit - un à chaque coup de l'horloge, pour que les douze prochains mois soient placés sous les meilleurs auspices.

Cette tradition est vieille d'environ un siècle, bien que ses origines exactes soient floues. Une des théories serait que cette dernière serait due à des cultivateurs d'Alicante qui, face à une récolte exceptionnelle en 1909, auraient ainsi trouvé une façon créative de vendre leur surplus.

Et comme en Italie, les sous-vêtements doivent être rouges pour décupler vos chances de bonheur, de prospérité et de bonne santé pour l’année à venir.

Le Cava, produit principalement en Catalogne est en Espagne la boisson traditionnelle pour porter un toast à la nouvelle année. Mais en raison de plusieurs appels au boycott ,suite aux velléités d'indépendance de la Catalogne, les ventes du "Champagne d'Espagne" seraient en baisse.

A la queue leu-leu en France - par Vincent Coste

Contrairement au réveillon de Noël, c’est entre amis que les Français fêtent la nouvelle année. Et très souvent avec excès ! Le champagne coule à flot, on s'empiffre, on se goinfre ! Foie gras et magret de canard ou huîtres et saumon se disputent les faveurs de la table.

A 20h, avant l’heure fatidique, les convives se retrouvent devant la télévision pour suivre les voeux du Nouvel An du président de la République, une tradition instaurée par Charles de Gaulle, dans les années 60.

Quand vient minuit, on se jette dans les bras des uns et des autres, toujours avec sa coupe de champagne à la main, pour se souhaiter la bonne année. Puis la chose faite, on se rue sur son téléphone pour faire de même avec ses proches ou sa famille. Mais, face à l’afflux de sollicitation, les réseaux saturés renvoient... une tonalité occupée !

Le programme de la soirée est ensuite décliné selon deux options : soit on sort dans les rues pour communier avec la foule sous un feu d’artifice, soit on se jette sur la piste de danse du salon, à la queue leu-leu, jusqu’au bout de la nuit.

Et le lendemain, entre maux de tête et digestion difficile, ce sera le temps des bonnes résolutions pour la nouvelle année. C’est décidé, en 2019 je ferai moins… d'excès !

"Bleigießen" et feux d'artifice en Allemagne - par Linda Fischer

Deux choses sont traditionnellement importantes pour le Nouvel An en Allemagne : le plomb et les feux d'artifice. Habituellement, le réveillon du Nouvel An commence gentiment. On se retrouve en famille ou entre amis autour d’une raclette ou d’une fondue. Ensuite, on joue à des jeux de société. Puis viennent les moments forts de la soirée que sont la coulée de plomb et les feux d'artifice.

Pour le "Bleigießen", on chauffe du plomb dans une cuillère sur une flamme. Dès qu'il est liquide, versez-le dans un bol d'eau froide. La forme qu'il prendra décidera de votre avenir. Si une abeille est un signe de grand danger, une pipe est un signe de joie de vivre. Mais cette tradition va sans doute avoir du… plomb dans l’aile, puisque ce dernier a été interdit cette année par une directive européenne.

Puis tout le monde sort pour lancer des pétards et tirer des feux d'artifice dans les rues. Des quantités de fusées sont projetées dans les airs, une véritable mine d'or pour les fabricants. Vous pouvez en effet facilement dépenser plus de 100 €. Mais là encore, il serait question d’interdire ou du moins mieux encadrer cette tradition qui fait de nombreux blessés chaque année.

Enfin, une autre tradition, en Allemagne ou en Autriche, est de se retrouver devant la télévision pour regarder un sketch tirée d'une comédie britannique de 1963, “Dinner For One”, qui est diffusé chaque année. Ce programme est même devenu le plus rediffusé de tous les temps !

Sauté de chaises et saut à ski au Danemark - par Ole Krogsgaard

Au Danemark, il y a deux moments sacrés le 31 décembre : 18 heures et minuit bien sûr.

À 18 heures, la Reine fait son discours annuel devant le peuple. Tout le monde se rassemble devant la télévision et la première bouteille de vin mousseux est ouverte.

Puis nous mangeons de la morue, le plat classique du Nouvel An. Et nous buvons ! A 23h40, presque tout le monde se réunira devant la télé pour regarder, chez nous aussi, "Dinner for One".

A 23h59, nous montons sur des chaises en attendant que les cloches sonnent en direct à la télé. Et dès que les douze coups sont passés, nous sautons de nos chaises pour marquer l’entrée dans la nouvelle année. Les plus téméraires se risquent même à faire une bise sur la joue de la personne qui se tient à côté d’elle. Ce qui n’est pas très courant au Danemark ! Puis direction les rues pour lancer des feux d'artifice.

Enfin, le lendemain, une tradition plus moderne consiste à soigner notre gueule de bois en mangeant de la “malbouffe” pour regarder le concours de saut à ski du Nouvel An à Garmisch-Partenkirchen, toujours retransmis en direct par notre chaîne de télévision nationale.

Sept jours feriés en Russie - par Naira Davlashyan

Le Nouvel An est la fête la plus importante de l'année en Russie. Elle est plus largement célébrée que Noël. Et pour l’occasion, les jours sont fériés du 1er au 8 janvier. Personne n'est donc obligé de travailler pendant cette période !

Le repas du Nouvel An russe est composé de plats bizarres comme le сельдь под шубой ("hareng en fourrure"). Pour le réaliser, confectionnez une couche de hareng mariné, puis une couche de mayonnaise, puis une couche de pommes de terre hachées, une autre couche de mayonnaise, une couche de betteraves, une autre couche de mayonnaise, etc…

Les Russes, forcément joyeux, crient "S novym godom !" ("Bonne Année !") par la fenêtre aux étrangers dans la rue. A minuit, nous échangeons nos vœux. Certaines personnes écrivent leurs vœux sur un morceau de papier, les brûlent, mélangent les cendres dans une coupe de champagne et les boivent ensuite avant que le carillon du Kremlin ne sonne minuit. Il est également d'usage de regarder le discours du Nouvel An du président Poutine.

De plus, comme la Russie s'étend sur 11 fuseaux horaires, il est donc, en théorie possible, si vous voyagez du Kamchatka à Kaliningrad, d’organiser 11 fêtes du Nouvel An !