L'ex-président ivoirien Gbagbo reste en détention

Laurent Gbagbo, ex-président ivoirien
Laurent Gbagbo, ex-président ivoirien
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Laurent Gbagbo, l'ex-président ivoirien, reste en détention le temps que la Cour pénale internationale réexamine son cas

PUBLICITÉ

Devant la Cour pénale internationale aux Pays-Bas, la joie des partisans de Laurent Gbagbo n'aura pas duré bien longtemps. Deux jours après l'annonce de l'acquittement retentissant de l'ancien président ivoirien accusé de crime contre l'humanité, un nouveau revirement est intervenu mercredi soir : Laurent Gbagbo, 73 ans, restera finalement en détention.

La CPI a suspendu sa remise en liberté ainsi que celle de de son bras droit Charles Blé Goudé après un appel déposé par le procureur de la Cour.

Cette détention devrait durer jusqu'à ce que l'appel du parquet contre leur libération soit entendu.

Privé de liberté depuis plus de sept ans, Laurent Gbagbo est jugé depuis 2016 pour des crimes commis pendant la crise de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Près 3000 personnes avaient été tuées durant cette période de troubles.

En Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo est toujours sous le coup d'une condamnation de 20 ans pour crimes économiques.

Mercredi le porte-parole du gouvernement ivoirien a cependant précisé que l'ancien président était libre de revenir dans son pays s'il le souhaitait.

Il est peu probable que la police ivoirienne tente d'arrêter Laurent Gbagbo si son rapatriement venait à se concrétiser. Le gouvernement a appelé mercredi "l'ensemble des populations au calme, au pardon et à la réconciliation".

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La CIJ se penche sur l'occupation israélienne dans les territoires palestiniens

Pretoria poursuit Israël pour "actes génocidaires" devant la Cour international de Justice

Un ex-membre du groupe Wagner veut témoigner sur les crimes de guerre commis en Ukraine