Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : le Royaume-Uni à la recherche d'un plan B

 Brexit : le Royaume-Uni à la recherche d'un plan B
Taille du texte Aa Aa

Theresa May multiplie les consultations à Downing Street et au téléphone avec les responsables européens à la recherche d'un plan b pour le Brexit.

Alors que la Chambre des communes a massivement rejeté l'accord que Theresa May avait négocié avec Bruxelles, l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson estime que le moment est venu d'exiger de meilleures conditions pour le Brexit.

Boris Johnson s'est exprimé dans une entreprise du centre de l'Angleterre.

Boris Johnson, ancien ministre britannique des Affaires étrangères : "Quoi qu'en disent maintenant nos amis et partenaires, je pense qu'ils feront preuve de souplesse.Boris Johnson s'est exprimé dans une entreprise du centre de l'Angleterre. Je vous l'assure, les grandes concessions ne sont accordées que dans les derniers jours et les dernières semaines. Et avec leurs économies qui bégaient un peu en ce moment, et leur excédent commercial de 95 milliards de livres sur les marchandises, je pense qu'ils ont tout intérêt à nous écouter."

L'autre ténor du Brexit, le député européen et europhobe Nigel Farage estime que les véritables ennemis du divorce avec Bruxelles sont au cœur du pouvoir britannique, à Westminster.

Nigel Farage, député européen du Royaume-Uni : "Qui sont vraiment les ennemis dans ce processus du Brexit ? Les bureaucrates non élus ? Est-ce le député européen à Bruxelles ? Ou bien ceux qui essaient de construire les États-Unis d'Europe avec leur propre armée et leur politique étrangère expansive ? Non ! En fait, nous sommes ce soir, ici à Westminster, au cœur du territoire ennemi."

Les électeurs britanniques sont de plus en plus impatients de connaître le sort que le Brexit leur réserve.

De son côté, Amazon écrit à ses vendeurs de se préparer à un divorce sans accord.

Selon l'AFP, le géant de la distribution conseille ainsi à ses partenaires de constituer des stocks sur le contient pour parer à toute éventualité.