Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Colombie renoue avec le terrorisme : attentat contre la police à Bogota

Attentat contre la principale école de police de Bogota 18/01/2019
Attentat contre la principale école de police de Bogota 18/01/2019
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Colombie n'arrive pas à en sortir... La violence terroriste vient de lui revenir en pleine face : un attentat à la voiture piégée a dévasté la principale école de police du pays, installée dans le sud de la capitale, Bogota. Le bilan des victimes, qui s'est déjà alourdi et reste provisoire, est de 21 morts et 68 blessés. La capitale colombienne n'avait pas connu une attaque aussi sanglante depuis une quinzaine d'années.

Un "misérable acte terroriste !", s'est emporté le président, Ivan Duque, qui a aussitôt décrété trois jours de deuil national. "Nous ne nous reposerons pas avant d'avoir capturé et présenté à la justice le reste des terroristes impliqués", a déclaré le chef de l'Etat à la télévision. L'auteur de l'attentat, un Colombien déjà identifié qui est mort dans l'explosion de son véhicule, a certainement bénéficié de complicités en effet. Est-il lié au milieu du narco-trafic, qui reste très puissant, ou à la dernière guérilla qui garde un pouvoir de nuisance en Colombie, l'Armée de libération nationale (l'ELN) ? La deuxième hypothèse paraît plus évidente.

Le président colombien, Ivan Duque, en photo ci-dessous :

Sur la piste de la guérilla ELN ?

Le kamikaze, a indiqué le procureur général, est entré brusquement dans l'enceinte de l'École des officiers "Général Francisco de Paula Santander" à Bogota, au volant d'une camionnette bourrée d'un puissant explosif, de la pentolite. Il y en avait 80 kilos. Selon les premiers éléments de l'enquête, la voiture qu'a utilisé le terroriste aurait passé un contrôle technique dans une région frontalière du Venezuela, l'Arauca, où la guérilla ELN - elle compte en tout environ 1 800 combattants - est bien implantée.

Un attentat aussi meurtrier dans la capitale colombienne, il n'y en avait pas eu depuis février 2003, presque 16 ans. Ce sont les Farc, les Forces armées révolutionnaires de Colombie, qui l'avaient alors perpétré. Depuis, beaucoup de sang a encore coulé sous les ponts. En 2016, la plus ancienne guérilla a fini par rentrer dans le rang en signant la paix. Courageusement, les Colombiens se relèvent toujours de la violence. Mais depuis plus d'un demi-siècle, elle a fait plus de huit millions de morts et de personnes déplacées.