DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Israël inaugure un nouvel aéroport proche de la mer Rouge

Taille du texte Aa Aa

Israël a inauguré lundi un nouvel aéroport international dans le sud désertique pour stimuler le tourisme à destination de la mer Rouge et servir d'alternative à Tel-Aviv, sa principale plateforme aéroportuaire, en cas de conflit.

La cérémonie officielle se tenait en présence du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrivé en avion sur place.

L'échange entre le pilote de l'avion du Premier ministre et la tour de contrôle a été diffusé par haut-parleur aux invités présents à cette cérémonie, M. Netanyahu prenant la place du pilote pour annoncer "Aéroport Ramon, ici le vol Arkia 683, nous sommes très émus".

Benjamin Netanyahu, accompagné du ministre des Transports Israël Katz et des enfants de la famille d'Ilan Ramon, a coupé le ruban marquant l'ouverture de ce nouvel aéroport international.

Dans un premier temps, cet aéroport, du nom du premier astronaute israélien, mort en 2003 dans l'explosion de la navette spatiale américaine Columbia, servira uniquement pour les vols intérieurs des compagnies israéliennes Arkia et Israir. La date à laquelle l’aéroport accueillera aussi des vols internationaux n'est pas encore fixée.

Il pourra accueillir à terme des gros porteurs du monde entier.

Son site internet précise que sa capacité initiale sera de deux millions de passagers par an mais qu'elle sera ensuite portée à 4,2 millions d'ici 2030.

Il dispose d'une piste de 3.600 mètres, d'une capacité de parking de neuf "gros porteurs" et des installations pour traiter le fret.

L’aéroport se trouve à 18 km de la station balnéaire israélienne d'Eilat et du port jordanien adjacent d'Aqaba.

- "En cas d'urgence" -

Des compagnies aériennes à bas coût et des charters qui utilisent actuellement l'aéroport d'Ovda, à 60 km d'Eilat, opèreront à partir de Ramon, selon le site internet.

Parmi les compagnies qui doivent déménager figurent Ryanair, Wizz Air, EasyJet, SAS, Finnair et Ural Airlines.

Ramon va également se substituer au petit aéroport municipal d'Eilat, où la piste utilisée par les avions était proche des constructions urbaines.

Le coût pour sa construction a atteint 455 millions de dollars (395 millions d'euros). Les travaux ont été lancés en 2013. Le projet a été modifié à plusieurs reprises au fur et à mesure que les ambitions étaient revues à la hausse.

L’Autorité israélienne des Aéroports (IAA) a indiqué que les plans avaient notamment été révisés pour tenir compte des leçons de la guerre menée par Israël dans la bande de Gaza contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas en 2014.

"En cas d'urgence, non seulement Israël sera en mesure de faire atterrir et de garer tous les avions civils à Ramon, mais aussi des appareils supplémentaires", affirme l'IAA.

A la suite du tir d'une roquette du Hamas sur un secteur situé dans le périmètres de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, des compagnies aériennes étrangères avaient suspendu en 2014 leurs vols vers Israël.

Selon les médias israéliens, une clôture "intelligente" antimissiles de 26 m de haut et de 4,5 km de long doit protéger Ramon, qui jouxte la frontière avec la Jordanie, seul pays arabe avec l'Egypte à disposer de relations diplomatiques officielles avec Israël.

L'IAA a refusé de commenter ces informations.

Le tourisme constitue pour Israël une importante source de revenus, avec des recettes qui ont atteint 5,8 milliards de dollars en 2017, la dernière année pour laquelle des statistiques sont disponibles.

Le nombre de touristes pour un pays de près de 9 millions d'habitants a atteint les 4,1 millions l'an dernier, un record, selon le ministère du Tourisme.

Les visiteurs des Etats-Unis, de Russie, de France, d'Allemagne et de Grande-Bretagne ont constitué les plus importants contingents de touristes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.