Satire ou blasphème, la comédie russe "Prazdnic" fait polémique

Satire ou blasphème, la comédie russe "Prazdnic" fait polémique
Taille du texte Aa Aa

Avant même sa sortie, le film “Prazdnic", "La Fête", en français, faisait polémique en Russie. C’est surtout le cadre historique de cette comédie qui a attisé les réactions. L’action se déroule en 1942 pendant le terrible siège de Leningrad. Le réalisateur primé Alexeï Krassovsky se défend et réfute toute atteinte à la mémoire du blocus. Avec « Prazdnic », il n’a voulu, dit-il qu' « attirer l'attention sur les inégalités et les injustices en Russie ».

"C'est l'histoire de gens qui, dans la période la plus difficile qui soit, pouvaient vivre mieux que tous les autres. Ils existaient alors, ils existent maintenant, malheureusement, ils existeront toujours en Russie. C’est pour changer cela qu’on a réalisé ce film", explique Alexeï Krassovsky.

"Prazdnik" suit la famille d'un scientifique de la "nomenklatura" soviétique qui s'apprête à fêter le nouvel an alors que les habitants de Leningrad meurent de faim dans la rue. Le siège de la ville a coûté la vie à plus de 800 000 personnes. L'idée du festin familial pendant la famine du blocus a donc du mal à passer et pour beaucoup, cette satire relève plutôt du blasphème.

En Russie, le blocus de Leningrad est, en effet, considéré comme l'un des épisodes les plus tragiques de la guerre, dans un pays ayant perdu plus de vingt millions d'habitants durant le conflit. Un épisode douloureux dont le souvenir est encore très présent.

"Les mots" comédie "et"siège de Leningrad "ne sont pas compatibles dans mon esprit. Et faire un film humoristique sur cet épisode de notre histoire est indécent", exprime Tatyana Rogozine, habitante de Saint-Pétersbourg, anciennement Leningrad.

"Prazdnik" ne sortira pas en salle. Le film a été mis en ligne directement sur la plateforme YouTube le 3 janvier dernier. Il compte déjà plus d'un million de vues.