Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pourquoi le soccer est en passe de mettre le football américain au tapis

Pourquoi le soccer est en passe de mettre le football américain au tapis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En marge du 53ème Super Bowl la nuit dernière, Donald Trump a reconnu qu'il était ravi de voir son fils Barron, 12 ans, pratiquer le "soccer" plutôt que le football américain, en raison de la violence et des dangers de ce sport. Venant d'un fan revendiqué du sport le plus populaire aux Etats-Unis, l'hommage interpelle.

Le film "Seul contre tous" de Peter Landesman, sorti en 2015, avait révélé au grand jour l'un des plus grands scandales médicaux de l'histoire du sport. L'histoire vraie du docteur Bennet Omalu, interprété par Will Smith, un neurologue d'origine nigériane qui, dans les années 2000, a fait trembler la NFL en établissant un lien entre les traumatismes cérébraux et certaines pathologies neurologiques rencontrées chez d'anciens joueurs. La ligue a transigé, suite à un procès, en accordant un total d'un milliard de dollars aux joueurs qui ont pu prouver leurs traumatismes.

Les révélations du Docteur Omalu font alors l'effet d'une bombe dans un pays où une personne sur trois place le foot US comme son sport préféré. Désormais considéré comme dangereux par l'opinion publique, le football américain ne séduit plus et surtout effraie les parents. Le nombre de licenciés ne cesse de chuter dans les universités américaines, véritable baromètre de la popularité des disciplines. Des signes inquiétants pour la ligue la plus lucrative de la planète, dont le chiffre d'affaires dépasse les 10 milliards de dollars et envisage de tripler d'ici 2030.

Dans le même temps, le football "européen" explose outre-atlantique. De sport pour femmes et pour enfants dans les années 90, le soccer s'installe enfin dans la culture américaine après plusieurs essais infructueux. Depuis les années 70, avec l'arrivée du grand Pelé au Cosmos de New York jusqu'au Mondial 94, l'ultime et vaine tentative d'évangélisation des Etats-Unis.
Sous l'impulsion des minorités (hispaniques notamment), les temps semblent finalement avoir changé, le football "classique" séduit lui de plus en plus d'étudiants. Le championnat professionnel, la MLS, explose grâce notamment à l'arrivée de superstars (David Beckham hier, Zlatan Ibrahimovic, Wayne Rooney ou David Villa aujourd'hui). Les investisseurs affluent devant le marché gigantesque qui s'ouvre. La récente attribution par la FIFA de l'organisation de la coupe du monde 2026 est vue comme le dernier coup de fouet nécessaire dans la conquête de l'Ouest du ballon rond. Une conquête impensable il y a encore quelques années.

David Beckham sous le maillot des LA Galaxy

Mais le football américain n'a pas dit son dernier mot.
Si le lobbying intensif et agressif de la NFL n'a pu empêcher la propagation du rapport du docteur Omalu il y a une quinzaine d'années, il est l'heure aujourd'hui de sauver le joyau des sports US.
Pour protéger ses joueurs mais surtout son image, le foot US mise sur la technologie. Les équipements sont sans cesse améliorés, les casques évoluent pour protéger au maximum l'intégrité des joueurs, pour maintenir le mieux possible les crânes lors des plaquages. Aujourd'hui, des casques imprimés en 3D sont mis au point pour "coller" au plus près à la morphologie de la boîte crânienne des joueurs.

La ligue a également apporté quelques changements aux lois du jeu, notamment en encourageant le port du casque avancé, que 74 % des joueurs utilisent maintenant, comparativement à seulement 41 % en 2017. La NFL a également instauré une règle pour empêcher de se servir du casque comme premier point d'impact avec un adversaire.

Les protocoles pour prévenir les traumatismes ne sont pas assez efficaces ? Des études sont menées pour trouver de nouvelles méthodes de contrôles. La NFL suit ainsi de très près les conclusions d'un projet mené par l'université de Birmingham, en Angleterre. Les équipes du professeur Tony Belli travaillent depuis une dizaine d'années afin de mettre au point un test pour révéler les commotions cérébrales lors de rencontres sportives. Objectif : indiquer clairement, en quelques secondes, si un joueur souffre d'un traumatisme grâce à l'analyse de la salive ou de l'urine du blessé.

Les chiffres restent très inquiétants. Une étude datant de 2017, publiée par le Journal of the American Medical Association (JAMA) a étudié les tissus cérébraux de 202 anciens joueurs de football américain (professionnels, semi-professionnels ou universitaires). Une encéphalopathie traumatique chronique (ETC) a été diagnostiquée chez 177 joueurs, soit 87% d’entre eux. Sur les 111 ayant évolué en NFL, un seul ne présentait pas de dégénérescence. Autrement dit, quasiment 100% des joueurs de très haut niveau étaient atteints par cette pathologie qui se caractérise par une difficulté à gérer ses émotions, des comportements agressifs etc.

Si la saison régulière 2018 de NFL laisse apparaître une chute spectaculaire du nombre d'incidents, de près de 29%, ces chiffres sont à remettre dans leur contexte. Les commotions cérébrales ont diminué, certes, mais seulement après avoir atteint un sommet spectaculaire en 2017 avec 281 commotions. Le recensement n'a débuté qu'en 2012 et 2018 arrive au deuxième rang des années les moins brutales, avec 214 commotions contre 206 en 2014.

Le président Donald Trump apparaît donc bien documenté sur les dangers de la pratique du foot US. Son fils Barron continuera de porter les couleurs du Washington DC United.
A 12 ans, aux Etats-Unis, le jeu de tête est interdit en soccer. Pour attirer encore plus de jeunes vers le ballon rond plutôt que l'ovale.

Trump Junior sur le site de l'US Soccer (dcut.ussoccerda.com)