DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise entre la France et l'Italie : Paris rappelle son ambassadeur à Rome

Crise entre la France et l'Italie : Paris rappelle son ambassadeur à Rome
@ Copyright :
Reuters
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement français a pris une mesure radicale : il a rappelé son ambassadeur en Italie. A l'origine de cette décision, la rencontre entre le vice-président du gouvernement italien Luigi di Maio et des gilets jaunes en France ce mercredi.

Pour le Quai d'Orsay, cette réunion est considérée comme une ingérence, c'est la provocation de trop. Dans un communiqué, le Ministère affirme : "La France a fait depuis plusieurs mois, l'objet d'accusations répétées, d'attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l'esprit. Cela n'a pas de précédent depuis la fin de la guerre."

Ce rappel, le résultat d'une longue escalade verbale

En janvier, Di Maio avait affirmé que la France n'avait jamais cessé de coloniser des dizaines d'Etats africains. Le même mois, le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini avait qualifié publiquement Emmanuel Macron de "très mauvais président".

Ce à quoi la ministre des Affaires européennes française Nathalie Loiseau avait répliqué que la France n'allait pas "jouer au plus bête" avec l'Italie.

Salvini veut voir Macron

Suite à l'annonce du rappel de l'ambassadeur français, le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini se dit prêt à calmer le jeu.

"Nous ne voulons pas de conflit avec qui que ce soit. [...] Nous sommes prêts à rencontrer le président Macron et le gouvernement français, à nous asseoir à une table et à débattre de questions fondamentales."

Des tensions qui ne datent pas d'hier

Plus que ces polémiques, ce sont des désaccords de fond souvent anciens que les gouvernements français et italien doivent régler.

Ils portent d'abord sur la politique migratoire européenne mais pas uniquement. Entre l'Italie et la France, de vieux contentieux économiques existent. Comme exemple emblématique : le chantier de liaison ferroviaire Lyon-Turin qui cristallise les tensions.