PUBLICITÉ

USA : exécution du condamné à mort qui réclamait la présence d'un imam jusqu'au bout

USA : exécution du condamné à mort qui réclamait la présence d'un imam jusqu'au bout
Tous droits réservés 
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

Un condamné à mort ayant réclamé le droit d'être accompagné jusqu'au bout par un imam a été exécuté jeudi soir dans l'Alabama (sud) après le refus de la Cour suprême de reporter son exécution, ont indiqué les autorités américaines.

"En raison de la nature de son crime, de la décision d'un jury de le condamner à mort et parce que notre système judiciaire a fonctionné tel que prévu, la sentence de M. Ray a été menée à son terme", a déclaré dans un communiqué la gouverneure de l'Alabama, la républicaine Kay Ivey.

Le décès de Dominique Rey a été prononcé à 22H12 jeudi soir à la suite d'une injection létale, ont rapporté les médias locaux.

Domineque Rey, 42 ans, avait été condamné à la peine capitale pour le viol et le meurtre d'une adolescente de quinze ans, commis en 1995 à Selma.

Ce condamné, converti à l'islam depuis son arrestation, était engagé dans une course contre la montre pour obtenir le droit d'être accompagné jusqu'à la fin par les prières d'un imam.

Mais il s'était vu opposer le protocole en vigueur dans cet Etat conservateur du sud des Etats-Unis qui permet au condamné à la peine capitale d'être accompagné par un guide spirituel seulement jusqu'à la porte de la chambre de la mort. A l'intérieur, seul un pasteur salarié peut être présent.

Une cour fédérale d'appel lui avait octroyé la veille un sursis, reportant son exécution. Saisi, la Cour suprême américaine a refusé le report, donnant son feu vert à la mise à mort du condamné.

Cet homme avait également été reconnu coupable du meurtre de deux frères adolescents.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment la chanson "L’Amour Toujours" est devenue un hymne des militants d’extrême droite

Ukraine : l’OTAN pointe les restrictions sur l’usage d’armes occidentales

Bombardement meurtrier de civils à Rafah : Netanyahou reconnaît une "erreur tragique"