DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sharjah et son envoûtant Festival des lumières 2019

Sharjah et son envoûtant Festival des lumières 2019
Taille du texte Aa Aa

Des effets pyrotechniques de classe mondiale qui illuminent la nuit, des bâtiments qui prennent vie et des personnages de contes de fées qui paradent le long d'une lagune... De la sérénité du rêve à l'énergie de la réalité, les spectacles du 9ème Festival des lumières de Sharjah emmènent les visiteurs dans un voyage envoûtant.

"Vingt spectacles répartis dans 17 lieux pendant 11 nuits : près d'un million de visiteurs sont attendus aux Emirats arabes unis à l'occasion de performances visuelles et pyrotechniques pour la nouvelle édition du Festival des lumières de Sharjah," précise notre journaliste sur place, James O'Hagan.

Une parade sur l'eau et la magie opère. Elle est l'œuvre de la compagnie française Ilotopie. "À un moment donné, on a décidé que l'eau était notre scène de théâtre : c'est un espace vide qu'on essaie d'investir avec des mythologies," explique Bruno Schnebelin, le directeur artistique d'Ilotopie. "Il y avait une demande de faire une première partie, finalement un apéritif, avec des images vivantes avant qu'on regarde le ciel," renchérit-il.

"Un monde émerge de la baie"

Ce ballet se prolonge par le spectacle "Journey through Light" du groupe F, auteur de majestueux feux d'artifice sur la Tour Eiffel ou le gratte-ciel Burj Khalifa de Dubaï.

"On a choisi de travailler sur l'image du dragon," fait remarquer Christophe Berthonneau, son directeur artistique. "Et ce dragon circule dans la magnifique lagune de Sharjah," poursuit-il. "Du coup, on se retrouve à pouvoir dessiner la chorégraphie pyrotechnique reliée à la musique, mais qui est surtout reliée à des couleurs culturelles : on a l'impression en quelque sorte qu'un monde émerge de la baie de Sharjah," s'enthousiasme-t-il.

From the hidden gem of Port Saint Louis to the grandness of Sharjah Khalid Lagoon, Waters are their haven. Cie ilotopie...

Publiée par Nomada, les Arts Nomades Cie sur Vendredi 8 février 2019

Du côté des officiels, on se réjouit que ce festival soit un atout touristique majeur pour l'émirat de Sharjah. "La passion, c'est l'un des piliers de ce festival," souligne Khalid Jasim Al Midfa, président de l'autorité en charge du développement du tourisme et du commerce de Sharjah (SCTDA). "On met en avant Sharjah, sa beauté et son identité, mais aussi la véritable essence des Emirats arabes unis dont celui de Sharjah : en Europe, il y a une culture très riche et très différente et vous savez, rapprocher les deux et adopter un langage commun dans le cadre de ce festival, cela n'a pas été facile au début, cela nous a pris un peu de temps, mais regardez le résultat aujourd'hui !" se félicite-t-il.

"Rendre hommage à l'art islamique"

Raphaëlle Martinez a elle travaillé sur l'illumination de la mosquée Al Noor. Son projet s'intitule "A Lagoon’s Reflection". "C'était très important pour moi," confie la jeune artiste française, "de rendre hommage à ce que j'ai découvert en venant ici : l'art du motif, l'art de la calligraphie, l'art islamique en général et Sharjah est une capitale culturelle. Et c'était vraiment très important pour moi de mettre à l'honneur ceci en essayant de montrer le plus de textures possibles sur ces mosquées qui sont magnifiques," insiste-t-elle.

Joshua Monteath, technicien de Nomada, s'est attaché dans "A Fireflies forest", l'œuvre de sa compagnie, à honorer le palmier, arbre symbole : "On voulait simplement mettre en lumière l'arbre qui symbolise les Emirats arabes unis : on a illuminé environ 9000 branches, donc on y a placé 9000 lampes LED.... Et ça nous a pris un bon mois, mais on y est arrivé !" lance-t-il dans un sourire.

Plus de Cult