Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les députés espagnols rejettent le budget 2019, Pedro Sánchez sur la sellette

Les députés espagnols rejettent le budget 2019, Pedro Sánchez sur la sellette
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le résultat était attendu, mais il s'agit tout de même d'un revers sérieux pour Pedro Sánchez.

Le Parlement espagnol a rejeté mercredi le projet de budget 2019 du gouvernement socialiste, à 191 voix sur 350.

Depuis son arrivé au pouvoir en juin dernier, Pedro Sánchez est à la tête d'un gouvernement ultra-minoritaire, avec seulement 84 députés socialistes.

Une position délicate, qui a obligé le chef du gouvernement à mener une politique du grand écart, pour s'attirer le soutien de partis très divers et se maintenir au pouvoir jusqu'à la fin de la législature en 2020.

Mais le rejet du budget par les députés pourrait pousser le socialiste vers la sortie.

"Aujourd'hui au Congrès, nous avons été au cœur d'une décision qui constitue un point de non-retour pour la législature, et qui signifie plus exactement la fin de la partie pour Pedro Sánchez en tant que chef du gouvernement", a affirmé Pablo Casado, le président du Parti Populaire, lors d'une conférence de presse.

Jusqu'ici, Pedro Sánchez bénéficiait du soutien des partis indépendantistes catalans. Mais leurs discussions ont été rompues en fin de semaine dernière.

Les indépendantistes continuent de réclamer un référendum d’autodétermination pour la Catalogne, ce que le gouvernement socialiste refuse catégoriquement.

Pedro Sanchez, lors du vote du budget le 13 février.

Des élections législatives anticipées

Pour Joan Tarda, député au sein du parti pro-indépendance ERC, les indépendantistes catalans ont été "trop transparents". "_Je dirais même que nous avons été naïfs. Nous avons soutenus les socialistes ces derniers mois, sans rien en échange _", affirme-t-il.

Les divisions se sont encore creusées ce début de semaine, alors qu'a démarré le procès de 12 dirigeants indépendantistes catalans, jugés pour "sédition et rébellion" pour avoir organisé un vote d'indépendance en 2017.

Le rejet du budget par le Parlement devrait contraindre Pedro Sánchez à organiser des élections législatives anticipées. Selon des sources gouvernementales, celles-ci pourraient avoir lieu le 14 ou le 28 avril.

Pour beaucoup d'observateurs, le scrutin à venir devrait favoriser les trois formations de droite espagnoles, et notamment, le Parti d'extrême droite Vox, en pleine ascension.