Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Trump veut le rapatriement des djihadistes européens

Trump veut le rapatriement des djihadistes européens
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils seraient reclus dans quelques centaines de mètres carrés. Totalement encerclés par les Forces démocratiques syriennes (FDS) et leurs alliés. A Baghouz, en Syrie, les djihadistes de l'Etat islamique sont en train de perdre leur dernier lambeau de terre.

Une chute inexorable, il y a quatre ans les territoires qu'ils contrôlaient s'étendaient des faubourgs de Damas, jusqu'au centre de l'Irak. Avec une conséquence : comment gérer le retour des revenants dans leur pays d'origine ? Une question épineuse à laquelle Donald Trump veut une réponse simple.

Sur son réseau social préféré, le président américain a exhorté la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et les autres pays européens à reprendre les quelques 800 djihadistes capturés en Syrie. Selon lui, en cas de refus, les Etats-Unis pourraient alors être forcés de les "relâcher".

Le nombre d'européens se trouvant toujours en Syrie et en Irak est sujet à caution. Toutefois, une étude du King College de Londres publiée à la mi-2018 fait état d'un peu plus de 5900 personnes ayant pris la route du Califat. D'après les chercheurs près de 1800 seraient aujourd'hui revenus.

Des chiffres qui cachent d'importants écarts entre pays européens. La moitié des djihadistes britanniques seraient ainsi déjà revenus. En France, ils ne seraient que 12%.

Avec le retrait programmé des forces américaines en Syrie, les retours sur le territoire français devraient s'accélérer dans les mois à venir. Paris craint en effet que sans la présence américaine, les djihadistes français qui avaient été jusqu'à présent confiés au forces kurdes puissent s'échapper.