EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Trois mois de mobilisation des gilets jaunes

Trois mois de mobilisation des gilets jaunes
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les gilets jaunes ont manifesté tout le week-end en France, trois mois après le début de leur mouvement. Des incidents et des violences ont éclaté en marge des cortèges samedi. Une marche dans le calme s'est déroulée dimanche à Paris.

PUBLICITÉ

Trois mois jour pour jour après le début du mouvement des gilets jaunes en France, entre 1.000 et 2.000 personnes ont défilé dans les rues de Paris dimanche. Le cortège est parti des Champs-Élysées pour rejoindre dans le calme le Champs de Mars. La manifestation, déclarée en préfecture était encadrée par un imposant dispositif policier. La veille ils étaient 41.500 dans toute la France, 5.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'intérieur, pour une journée émaillée d'incidents.

Ingrid Levavasseur, l'une des figures du mouvement, a du être exfiltrée du cortège face à l'hostilité d'autres manifestants.

Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut a lui été pris à parti en sortant de chez lui. "Barre toi, sale sioniste de merde". Des injures violentes condamnées au plus haut sommet de l'état et qui ont suscité une vague d'indignations. 14 partis politiques appellent à des rassemblements contre l'antisémitisme mardi.

Jet de projectiles

A Lyon, c'est un fourgon de police qui a été pris pour cible sur l'autoroute A7. La scène a été filmée depuis le véhicule par un CRS. La manifestation, à laquelle ont participé plus d'un millier de personnes samedi, a bloqué pendant deux heures la circulation dans un sens sur l'autoroute A7, qui traverse la ville de Lyon. Le véhicule de police, appartenant à la CRS autoroutière, était coincé dans le trafic quand il a été violemment attaqué.

Sur la vidéo, on voit un manifestant vêtu de noir arriver en courant et sauter sur le capot. D'autres lancent des pierres, frappent la carrosserie. Certains assaillants portent un gilet jaune, d'autres non. La plupart ont le visage masqué. Des forces de l'ordre arrivent finalement pour protéger leurs collègues. La conductrice finit l'échappée en sanglots. "J'ai trop eu peur", l'entend-on souffler à la fin. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une "gilet jaune" offre un cadeau embarrassant pour Emmanuel Macron

Les "gilets jaunes" toujours mobilisés pour l'Acte XV