DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Prisons bloquées en France après "l'attaque terroriste"

Prisons bloquées en France après "l'attaque terroriste"
Tous droits réservés
JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Taille du texte Aa Aa

En France, après la violente agression de deux surveillants par un détenu radicalisé à la prison d'Alençon, plusieurs centres de détention sont bloqués par des surveillants. Des blocages partiels et des débrayages ponctuels ont été constatés par l'administration pénitentiaire. 18 sur 188 établissements sont jusqu'ici concernés comme ici à Gradignan, près de Bordeaux, mais aussi à Fleury-Mérogis, plus grande prison d'Europe.

A Alençon-Condé-sur-Sarthe, 130 personnes bloquent entièrement l'établissement, l'un des plus sécurisés et des plus modernes du pays. Seule une infirmière a pu entrer ce mercredi matin.

Les syndicats annoncent "un mouvement illimité" tant l'émotion est forte depuis l'agression au couteau qualifiée d'attaque terroriste par le ministère de la justice.

Jean-François Monier / AFP

Mardi, Michaël Chiolo, 27 ans, qui purgeait une peine de trente ans et s'est radicalisé en prison, a attaqué à coup de couteaux en céramique deux gardiens de prison. L'homme s'était retranché avec sa compagne pendant près de dix heures dans l'unité de vie familiale de la prison. Jusqu'à ce qu'après de vaines tentatives de négociations, le RAID lance l'assaut dans la soirée. Le détenu, légèrement blessé, a été interpellé, sa compagne, grièvement blessée est morte à l'hôpital.

La vie des deux surveillants blessés n'est pas en danger, les deux hommes, l'un touché au thorax et l'autre au visage, ont été hospitalisés et ont subi une opération au bloc, selon des sources syndicales.

Selon les autorités françaises, Michael Chiolo voulait venger Cherif Chekatt, l'auteur de l'attentat de Strasbourg de décembre dernier.

Trois gardes à vue sont en cours, dont un codétenu et sa compagne qui se trouvaient dans une autre unité de vie familiale.