DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Il y a le feu à la maison Europe"

"Il y a le feu à la maison Europe"
Taille du texte Aa Aa

A sa façon l’intellectuel français Bernard-Henri Lévy est en campagne pour défendre le projet européen. Il reconnaît les erreurs et les manques de cette construction mais appelle à défendre l’Union européenne, un rempart face aux populismes.

Les chiffres de la semaine

  • 1 591, c'est le nombre de mots utilisés par le président français dans sa tribune adressée aux citoyens de l'Union européenne et publiée dans les 28 Etats membres. Dans ce texte, intitulé "Pour une renaissance européenne", Emmanuel Macron indique le ton qu’il compte imprimer pour les élections du mois de mai.
  • 13, c'est le nombre de partis politique du PPE (Parti populaire européen) qui réclament l'exclusion du Premier ministre hongrois et de sa formation le Fidesz de la famille chrétienne-démocrate. Le vote formel aura lieu dans 15 jours. Cette annonce est la conséquence de plusieurs mois de tensions entre le dirigeant hongrois, Viktor Orban et ses partenaires.

  • 2,3 millions d'euros, c'est le montant payé par Uber dans le cadre d'un accord pour mettre un terme à une procédure judiciaire aux Pays-Bas. L'entreprise américaine était accusée d'avoir accordé entre 2014 et 2015 des services de taxi sans licence.

Un jeu de chaises musicales dans le prochain Parlement

Pour le moment l'hémicycle compte 751 députés, mais après le Brexit ils ne seront plus que 705. Le nombre de sièges par Etat membre dépend de sa population. Un pays compte au minimum 6 parlementaires. C'est le cas pour Malte, le Luxembourg et Chypre. En haut du tableau c'est l'Allemagne qui compte le plus de représentants avec 96 eurodéputés.

Après le Brexit 73 sièges seront libérés, certains sont réservés pour les prochains élargissements, Les places restantes sont réparties entre différents Etats membres. Les bénéficiaires de cette redistribution sont la France et l'Espagne, qui compteront 5 élus supplémentaires.

En revanche c’est l’incertitude si le Brexit est reporté. C'est pourquoi plusieurs voix demandent au Royaume-Uni d'accélérer les discussions pour éviter un imbroglio politique et institutionnel entre deux mandatures.