DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2020: espoir du Japon en skateboard, une prodige choisit les couleurs du Royaume-Uni

Sky Brown avec son skate à Kijo, au Japon, le 14 janvier 2018
Sky Brown avec son skate à Kijo, au Japon, le 14 janvier 2018 -
@ Copyright :
Behrouz MEHRI
Taille du texte Aa Aa

La petite skateuse prodige de 10 ans Sky Brown, qui était un espoir de médaille pour le Japon aux Jeux olympiques de 2020, a décidé jeudi de passer sous le drapeau britannique.

La star de Youtube, haute comme trois pommes, née d'une mère japonaise et d'un père britannique, a expliqué à l'AFP que l'approche plus décontractée de sa patrie paternelle, vu son jeune âge, avait fait pencher la balance.

"J'ai choisi de concourir pour la Grande-Bretagne parce qu'ils m'ont dit +Amuse-toi, on ne te mettra pas la pression!+ et moi je sais que c'est comme ça que je ferai la meilleure performance possible", a dit la fillette, qui est la plus jeune des skateurs professionnels au monde.

"Je veux travailler dur et faire de mon mieux mais je fais du skate surtout pour le plaisir: c'est mon petit paradis".

La fédération japonaise de ce nouveau sport olympique a dû rivaliser avec une structure britannique très organisée et expérimentée, ce qui a placé l'enfant devant un choix cornélien qui pourrait coûter une médaille au pays hôte des prochains Jeux d'été.

- Comme les garçons -

"Ce serait vraiment cool d'être qualifiée", a dit Sky, qui est aussi surfeuse professionnelle. "Et c'est super cool que les Jeux olympiques se passent au Japon parce que c'est mon pays, c'est là que je suis née, ça va être quelque-chose!", a ajouté Sky Brown, qui vit à Miyazaki, dans le sud de l'archipel.

Les responsables japonais de la discipline ont réagi avec philosophie. "Nous aurions aimé que Sky soit avec le Japon, mais c'est son choix et nous lui souhaitons bonne chance", a déclaré Takehisa Miyazawa, président du comité chargé du skate au sein de la Japan Roller Sports Federation. Il se dit "certain que le Japon réussira bien aux jeux Olympiques".

Sky Brown aura 12 ans en 2020 et espère être la plus jeune sportive olympique de l'histoire du Royaume-Uni.

Les vidéos de ses prouesses sont devenues virales en ligne, avec plus de 50 millions de vues, et son compte Instagram est déjà suivi par plus de 300.000 personnes.

La fillette aux taches de rousseur et aux cheveux éclaircis par le soleil a obtenu dès l'âge de sept ans son premier grand contrat avec un sponsor et maîtrise des figures qu'aucune autre femme n'est parvenue à accomplir.

"Je skate un peu différemment des autres filles", dit-elle en rougissant. Le mois dernier, elle a gagné une compétition en Coupe du monde en Estonie. "Je veux arriver à faire les tours que font les garçons".

- La plus jeune -

Malgré son talent époustouflant, cette enfant d'1,34 mètre a été confrontée à la résistance des organisateurs de certains événements, qui craignaient qu'elle ne fasse de l'ombre à des skaters confirmés.

A huit ans, elle est devenue la plus jeune skateuse à concourir dans le Vans US Open, se classant au-dessus de femmes dont elle aurait pu être la fille. Puis, elle s'est intéressée à Tokyo 2020 lorsque ce sport urbain a été admis comme discipline olympique avec le surf, le karaté et l'escalade.

Les qualifications pour le skateboard aux Jeux olympiques n'ont pas encore été décidées mais aucun âge minimum n'a été imposé.

"Si je pouvais repartir avec l'or ce serait assez génial", dit celle qui a plus d'une corde à son arc et a l'an dernier remporté la compétition junior de l'émission américaine de téléréalité "Dancing with the Stars".

"Mais je serais déjà très contente d'aller aux Jeux olympiques et de me sentir la plus jeune de tous. Je veux aussi montrer aux filles que l'âge ne compte pas: on peut tout faire!".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.