Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Nouvelle-Zélande : les dirigeants internationaux rendent hommage aux victimes

Nouvelle-Zélande : les dirigeants internationaux rendent hommage aux victimes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les dirigeants internationaux ont rendu hommage aux victimes de l'attentat en Nouvelle-Zélande, qui a fait au moins 49 victimes dans les mosquées de Christchurch et Linwood.

Au parlement britannique, une minute de silence a été respectée, en hommage aux victimes de l'attentat perpétré en Nouvelle Zélande. Le leader de l'opposition britannique, Jeremy Corbyn a déposé une gerbe devant le haut-commissariat de la Nouvelle Zélande, à Londres.

Les Etats-Unis, solidaires

Dans un tweet Donald Trump a exprimé sa solidarité envers le peuple de Nouvelle-Zélande :

"T_oute ma sympathie et mes meilleurs vœux vont au peuple néo-zélandais après l'horrible massacre perpétré dans les mosquées. 49 personnes innocentes sont mortes de manière insensée et beaucoup d'autres ont été grièvement blessées. Les États-Unis soutiennent la Nouvelle-Zélande et sont près à offrir leur aide_"

La Turquie, visée

En Europe, Angela Merkel a exprimé sa compassion envers le peuple néo-zélandais, qualifiant l'attaque de "perfide".

"C’est une attaque contre les musulmans. C’est donc une attaque contre la démocratie néo-zélandaise et cette société ouverte et tolérante. Nous partageons ces valeurs avec la Nouvelle-Zélande. Nous partager la douleur du peuple néo zélandais et condamnons cet acte terrible" a déclaré la Chancelière allemande.

En Turquie, le président Erdogan a souhaité souligner l'augmentation des actes islamophobes dans le monde .

"Avec cet attentat, l'hostilité envers l'islam, observée dans le monde, a franchi les limites du harcèlement individuel pour atteindre le niveau d'une tuerie de masse".

Le chef d'Etat turc a par ailleurs affirmé avoir été visé par l'assaillant : "il apparaît clairement que la vision portée par le tueur et qui prend également notre pays, notre peuple et ma personne pour cibles a commencé à gagner du terrain en Occident comme un cancer", a affirmé M. Erdogan lors d'une allocution à Istanbul.

Le gouvernement islamo-conservateur turc critique régulièrement ce qu'il qualifie de "hausse de l'islamophobie" dans les pays occidentaux.