DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Bleus partent en campagne européenne

Taille du texte Aa Aa

"Cela dépendra beaucoup de nous, faisons le job", a demandé Didier Deschamps à ses joueurs. Les Bleus démarrent les éliminatoires de l'Euro-2020 vendredi en Moldavie (20h45), confetti du foot mondial. Faux-pas interdit.

Sur le papier, il y a un monde entre les champions du monde français et les Moldaves, 170e au classement Fifa, deux nations qui s'affrontent pour la première fois.

Si on s'en tient à son seul classement, la Moldavie fait partie des équipes les plus faibles jamais rencontrées par la France, avec Andorre, Malte, les Féroé ou l'Azerbaïdjan (10-0 à l'aller en France, 2-0 au retour là-bas, en 1995).

Mais le sélectionneur se méfie des déplacements lointains et des débuts souvent laborieux en éliminatoires, comme en septembre 2016, quand son équipe de France, finaliste de l'Euro, n'était pas parvenue à marquer en Biélorussie (0-0) en qualification pour le Mondial-2018.

Car le capitaine de France-98 a connu cette situation sur le terrain. Après le gigantesque défilé sur les Champs-Elysées, les "I will survive" chantés en choeur et le visage de Zinédine Zidane projeté sur l'Arc de triomphe, les Bleus de l'époque avaient démarré leur campagne de l'Euro-2000 par un difficile match nul en Islande (1-1).

Prudence donc pour ceux de 2018. "Pas d'excès de confiance. Et du respect par rapport à nos adversaires", demande le sélectionneur, dans un entretien accordé à l'AFP.

- Comment va Umtiti ? -

Ce genre de match, "c'est différent au niveau de la tête, de la concentration. En face de nous, les joueurs ont envie de faire un résultat face à l'équipe de France, et parce qu'on est champions du monde en plus".

Quand on lui dit que le groupe dont a hérité la France paraît très abordable (Andorre, Albanie, Moldavie, Islande et Turquie), Deschamps préfère ironiser: "Oui, on a un groupe très facile, on ne va même pas jouer les matches..."

Pour ce premier rassemblement de l'année 2019, le technicien a de nouveau fait confiance à une grande majorité de champions du monde. Hormis le latéral gauche Lucas Hernandez, blessé, tous les titulaires de la finale de Moscou sont-là, d'Hugo Lloris à Olivier Giroud.

Deschamps va-t-il aligner son équipe-type au Zimbru Stadium de Chisinau ? Devant, une question se pose sur l'aile gauche où Blaise Matuidi pourrait être en balance avec Kingsley Coman, qui n'a plus joué en sélection depuis novembre 2017, pénalisé par une succession de blessures.

L'autre enjeu sera l'état de forme du défenseur Samuel Umtiti, dont le genou gauche récalcitrant lui vaut une première partie de saison très compliquée au FC Barcelone, entre infirmerie et banc de touche. L'ancien Lyonnais aura-t-il la capacité d'enchaîner Moldavie puis Islande lundi ?

- Digérer -

Si ce n'est pas le cas, Deschamps pourrait lancer le Parisien Presnel Kimpembe, dont il aime l'état d'esprit et la combativité, même s'il n'a pas encore convaincu en sélection. Après une main contre l'Islande en octobre (2-2), "Kim" avait souffert aux Pays-Bas lors de la défaite (2-0) qui avait privé l'équipe de France des phases finales de la Ligue des nations.

Et avec le PSG, il doit encore digérer le penalty sifflé contre lui en toute fin de match lors de la terrible élimination (3-1) contre Manchester United en Ligue des champions.

Cette parenthèse bleue va d'ailleurs faire du bien à certains internationaux, éliminés en C1: les Parisiens bien sûr, Kylian Mbappé en tête, mais aussi Antoine Griezmann, surclassé par la Juventus Turin (3-0), alors qu'il rêvait d'atteindre la finale programmée dans son stade de l'Atlético Madrid.

Pas de Ballon d'Or, puis une correction face à la Juve de Cristiano Ronaldo, cela fait beaucoup pour "Grizou" qui avait connu une superbe saison dernière en enchaînant Ligue Europa et Coupe du monde.

Deschamps n'a pas manqué de défendre un joueur qu'il trouve "sous-coté" en France. "Il fait partie des tout meilleurs attaquants mondiaux. L'exposition médiatique en France pourrait le mettre davantage en valeur", a-t-il estimé.

Griezmann, 27 ans et 67 sélections, a rarement déçu en Bleu et le sélectionneur apprécie son sens du collectif. Comme contre l'Uruguay (1-0) en amical en novembre lorsqu'il avait offert un penalty à Giroud, qui rêve toujours d'égaler voire de dépasser David Trezeguet, 3e meilleur buteur de l'histoire en équipe de France (34 unités).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.