DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pedro Lima : "Mon expérience Erasmus a changé ma vie"

Pedro Lima : "Mon expérience Erasmus a changé ma vie"
Taille du texte Aa Aa

Au Portugal, nous avons rencontré Pedro Lima, un ancien étudiant Erasmus. Cette expérience à l'étranger a changé sa vie. Pedro est aujourd’hui consultant dans l'une des principales entreprises portugaises de télécommunications.

Filipa Soares, euronews : racontez-nous comment s’est déroulée votre expérience Erasmus en 2004. Qu’a-t-elle apporté à votre vie ?

Pedro Lima : "En 2004, je suis parti en Estonie pour relever un défi. J’ai effectué mon année Erasmus à Tallin. Je voulais découvrir une nouvelle culture et je n’ai pas été déçu. J'ai trouvé une Estonie complètement différente du Portugal, beaucoup plus fermé. J'ai réussi à me faire de bons amis. J'ai vu les choses sous un autre angle. J’ai découvert un pays qui grandissait, qui allait entrer dans l'Union européenne et qui m'a aidé. J'en suis revenu avec cet état d’esprit : vouloir grandir. Cela a eu un impact sur le reste de ma vie, sur tout ce que j’ai fait, les expériences que j'ai vécues à l'étranger et quelques années plus tard, ça a encore un impact sur ce que je veux faire".

Filipa Soares, euronews : concernant le Portugal. À votre avis, qu’a obtenu le pays en entrant dans l'UE ? L’impact a-t-il été, selon vous, plutôt positif ou négatif ?

Pedro Lima : "Je dirais que presque tout était positif. Nous étions un petit pays, dans un "coin" européen et nous nous nous sommes développés. Certains obstacles sont tombés progressivement, parce que nous sommes entrés dans l’UE en 86 et, plus tard, avec Maastricht notamment, avec la chute des piliers du traité, nous avons fini par avoir accès à tout ce qui se faisait déjà de bien. Évidemment, il y avait aussi quelques points négatifs. Nous avons essuyé quelques revers, certains fonds n'ont pas été bien utilisés, mais en tant que pays pauvre d'Europe, l'Union européenne prenait déjà un risque. Mais je pense que nous avons eu accès à tout ce que les autres pays faisaient déjà bien".