Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La tumultueuse relation entre le Royaume-Uni et l'UE

La tumultueuse relation entre le Royaume-Uni et l'UE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La relation entre le Royaume-Uni et l'UE est pour le moins... mouvementée. L'adhésion du Royaume-Uni à la Communauté économique européenne (CEE), prémices de l'UE, n'a pas été aisée. Loin s'en faut.

Par deux fois, en 1963 et 1967, les demandes de Londres reçoivent le veto du Président de la République française, Charles de Gaulle. Mais, finalement, le Royaume-Uni devient membre de la CEE en 1973. En 1975, un premier référendum d'appartenance aux institutions européennes est soumis aux Britanniques. Ils approuvent le maintien à 67,2 %

Le peuple britannique a clairement, sans équivoque, pris une décision historique : la Grande-Bretagne va rester membre de la Communauté européenne.
Harold Wilson
Premier ministre du Royaume-Uni, 1964-70 et 1974-76

Après avoir pris une position forte sur la question, le fameux "I want my money back" de 1979, la première ministre Margaret Thatcher réussit en 1984, après avoir négocié avec acharnement, à obtenir un rabais à la contribution britannique au mécanisme de financement du budget communautaire.

Nous sommes le deuxième plus gros contributeur net. Donc, nous ne sommes pas des tire-au-flanc ! D'accord ?
Margaret Thatcher
Première ministre, 1979-90

En 1990, le Royaume-Uni adhère au mécanisme de taux change européen... pour le quitter en 1992 après avoir été victime de spéculations. Cet épisode, passé à la postérité comme le "Black Wednesday", remodèle le paysage politique et économique du Royaume-Uni.

La CEE cède sa place à l'Union européenne, le 1 novembre 1993, après l'entrée en vigueur du traité de Maastricht. Mais pendant cette décennie-là, le parti eurosceptique UKIP prend son envol au début des années 90.

Nous voulons récupérer nos frontières, nos passeports, notre pays !
Nigel Farage
Dirigeant UKIP, 2006-09 / 2010-16

Et année après année, l'euroscepticisme ne cesse de gagner du terrain au Royaume-Uni. Face à cela, en 2016, le Premier ministre conservateur David Cameron appelle à un nouveau référendum.

Il est temps pour le peuple britannique d'avoir son mot à dire. Il est temps pour nous de régler cette question sur la Grande-Bretagne et l'Europe.
David Cameron
Premier ministre, 2010-16

Et cette fois-ci, 51,89% des votants se prononcent pour quitter l'UE.

C'est un triste moment pour l'Union européenne. Et, je tiens à le dire, pour la Grande-Bretagne aussi.
Jean-Claude Juncker
Président de la Commission européenne

En mars 2017, le Royaume-Uni se donne deux ans pour sortir de l'UE.

Le processus de l'article 50 est en marche. Et, conformément au vœu du peuple britannique, le Royaume-Uni va quitter l'Union européenne."
Theresa May
Première ministre britannique en exercice