DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le président du Mali promet "justice et sécurité" aux Peuls

Fosse commune dans le village d'Ogossagou
Fosse commune dans le village d'Ogossagou -
Tous droits réservés
Image ORTM, Office de radiodiffusion télévision du Mali
Taille du texte Aa Aa

"Justice et sécurité", c'est ce que le président du Mali a promis aux habitants Peuls qui ont survécu au massacre commis dans le village d'Ogossagou.

Après avoir envoyé une délégation gouvernementale et de l'aide alimentaire, Ibrahim Boubacar Keïta s'est lui-même rendu dans le village dévasté où 160 habitants, hommes, femmes, enfants, ont été tués samedi. Un bilan qui devrait encore s'alourdir selon les autorités.

Juste après la tuerie, le président Keïta a limogé ses chefs d'état-major des armées de l'air et de terre et annoncé la dissolution de la milice dogon accusée du massacre.

"Les équipes doivent être en permanence mobilisés, nous ne sommes pas en temps de paix, nous sommes en guerre" a déclaré

Le président malien s'est entretenu avec la communauté peule et recueilli devant les fosses communes creusées pour les victimes...

Trois jours après la tuerie, la désolation règne à Ogossagou, entre les maisons calcinées et les cadavres d'animaux qui jonchent encore le sol.

Un survivant raconte que les assaillants en tenue de chasseur dogon ont même tué des femmes enceintes et des bébés samedi. Des images insoutenables ont été filmées...

Le président Keïta s'est aussi rendu dans un hôpital ou une trentaine de personnes sont soignées pour des brûlures et des coups de machettes...

Image AFPTV

Le village d'Ogossagou, dans la zone de Bankass, près du Burkina-Fasso est donc la dernière victime de la spirale attaque-riposte entre les milices peules et dogons, alors que le centre du Mali reste un terrain d'action privilégié pour les groupes terroristes.