DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

JO-2024: l'haltérophilie confirmée à Paris, des quotas liés à la lutte antidopage (IWF)

JO-2024: l'haltérophilie confirmée à Paris, des quotas liés à la lutte antidopage (IWF)
Taille du texte Aa Aa

La Fédération internationale d’haltérophilie (IWF) a salué la décision du Comité international olympique (CIO) de confirmer sa présence aux Jeux olympiques de Paris-2024, soulignant qu’elle était la seule fédération à lier les quotas de qualification à la lutte antidopage.

La commission exécutive du CIO, réunie à Lausanne, a annoncé mardi la levée des conditions à la présence de l’haltérophilie aux JO-2024.

Une ultime condition très formelle demeure et qui devrait être remplie “dans les prochains jours”, selon le CIO: la signature d’un accord par lequel l’IWF confie à l’Agence de contrôles internationales (ITA) la réalisation des tests antidopage sur ses compétitions.

En juin 2017, face au nombre alarmant de cas de dopage dans l’haltérophilie, notamment lors des réanalyses des échantillons des JO-2008 et 2012, le CIO avait placé ce sport sous surveillance, demandant à l’IWF de fournir des propositions afin de lutter contre le dopage.

Dans un communiqué publié mercredi, l’IWF “salue” le soutien du CIO qui a reconnu “ses efforts significatifs afin de garantir un sport propre et de protéger les athlètes propres”.

L’IWF souligne également que l’haltérophilie “est le seul sport” qui récompense directement, via les quotas de qualification pour les JO, les pays qui affichent les meilleurs résultats en matière de lutte antidopage.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2020 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.