Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"Écouter les migrants pour leur donner plus vite accès à l'emploi"

"Écouter les migrants pour leur donner plus vite accès à l'emploi"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En marge d'une édition de Smart Regions consacrée au programme One Stop Future Shop qui accompagne des demandeurs d'emploi dans leur création d'entreprise à Göteborg en Suède, nous interrogeons une consultante du Centre de l'innovation et de l'entrepreneuriat, partenaire du projet. Pour elle, il y a urgence à aider les migrants en particulier à trouver le chemin de l'emploi.

Les individus sont au cœur de la démarche adoptée par One Stop Future Shop. Ce programme soutenu notamment par la politique de cohésion de l'Union européenne est mené depuis trois ans dans un quartier sensible de Göteborg qui accueille de nombreux migrants.

Samira Savarani, consultante du Centre de l'innovation et de l'entrepreneuriat, partenaire du projet, estime que leur accompagnement vers l'emploi doit être rapide.

"Nous les rencontrons peu de temps après leur arrivée en Suède parce que nous avons constaté que s'agissant des migrants qui arrivent en Suède, il leur faut en moyenne neuf ans pour entrer sur le marché du travail. Imaginez-vous ! Neuf ans pour entrer sur le marché du travail !" s'indigne-t-elle.

"C'est dramatique de mon point de vue : nous devons faire quelque chose et nous devons agir vite," insiste-t-elle.

"La personne doit pouvoir dire ce qui est bien pour elle"

_"Les personnes que nous recevons sont au cœur de notre mission. C'est ce qu'il y a de plus important,"_ insiste-t-elle ensuite.

"Nous devons les écouter, comprendre ce qu'elles demandent : on ne peut pas se contenter de trouver un emploi et dire : "Voilà, ça, c'est bien pour toi !" Non, la personne doit pouvoir dire ce qui est bien pour elle !" fait-elle remarquer.