DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : élection sur fond de conflit

Ukraine : élection sur fond de conflit
Taille du texte Aa Aa

Premier tour de l'élection présidentielle ukrainienne ce dimanche alors que le conflit continue de faire des victimes dans l'est du pays.

Dans la capitale Kiev, un mémorial se dresse place Maïdan en hommages aux victimes du soulèvement pro-européen de février 2014.

La révolution a été suivie par l'annexion de la Crimée par Moscou, puis par le conflit qui perdure avec les séparatistes pro-russes.

Nataliya Liubchenkova, Euronews : "Il y a un peu plus de cinq ans, les rues de Kiev n'étaient pas aussi paisibles qu'elles le sont aujourd'hui. Nous avons demandé aux Ukrainiens en quoi leur vote, aujourd'hui, est il influencé par la révolution de Maïdan et le conflit dans l'est de l'Ukraine."

Pour le doyen d'un séminaire évangélique Denis Kondyuk, la vie des Ukrainiens est aujourd'hui beaucoup plus difficile qu'il y a cinq ans.

Denis Kondyuk, doyen d'un séminaire évangélique : "Je crois que le danger d'un vote populaire est très grand : les gens en ont assez de la guerre et des mauvaises conditions économiques."

Parmi les 39 candidats, certains comme Ioulia Timochenko sont bien connus des électeurs ukrainiens, mais aujourd'hui la donne n'est plus la même. Le conflit du Donbass a creusé un fossé avec Moscou.

Oleksiy Kovzhun, politologue : "Ce n'est pas le choix ukrainien classique entre les pro-européens et les pro-russes. Aujourd'hui la question de savoir si l'Ukraine est un état ou un satellite russe ne se pose plus. Cette question est réglée pour toujours."

Aux 13 000 morts de la guerre dans le Donbass s'ajoutent les attaques dont une série d'activistes politiques a été victime depuis le soulèvement de Maidan.

Malgré la persistance de la violence dans la société ukrainienne le politologue Oleksiy Kovzhun reste optimiste : "Nous vivions encore comme en Union soviétique, mais après la "Révolution de la Dignité", nous nous sommes réveillés, les choses évoluent, les gens comprennent qu'ils peuvent changer leurs vies, qu'ils comptent et qu'ils peuvent faire ce qui doit être fait."

L'essentiel des six millions de personnes vivant en Crimée ou dans l'Est séparatistes pro-russe ne participera pas à l'élection présidentielle ukrainienne.

Idem pour les 2,5 millions d'Ukrainiens résidant en Russie où les missions diplomatiques ukrainiennes resteront fermées ce dimanche.