Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Netanyahu en route vers un cinquième mandat

Netanyahu en route vers un cinquième mandat
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu est donné vainqueur des élections législatives même si les projections établies par les médias à partir du comptage de 97% des bulletins créditent le parti de M. Netanyahu d'autant de sièges (35) que la liste Bleu-blanc (centre droit) de Benny Gantz.

Mais elles anticipent autour de M. Netanyahu une majorité potentielle de droite de 65 mandats sur les 120 de la prochaine Knesset.

Face aux premiers résultats tombés mardi soir, Benny Gantz a revendiqué lui aussi la victoire. "Malgré nos désaccords, nous avons surmonté les pièges et la colère qui se sont accumulés. Il faut maintenant que nous respections le choix des électeurs. Et comme Netanyahu l'a dit, le plus grand parti devrait obtenir du président le mandat pour former le gouvernement", a déclaré le chef du parti Bleu-Blanc.

Ce sera donc au président Reuven Rivlin de choisir entre Benny Gantz ou Benyamin Netanyahu pour former le prochain gouvernement.

"Je suis très ému que le peuple d'Israël m'ait renouvelé sa confiance pour la cinquième fois. Une confiance plus importante encore. Je compte rapidement finir le travail pour former un gouvernement national stable", a jubilé "Bibi" devant ses partisans.

Si Benyamin Netanyahu est effectivement chargé de former le prochain gouvernement, il décrocherait alors le record de longévité comme Premier ministre. Un record détenu jusque-là par David Ben Gourion, fondateur de l'Etat hébreux.

Quoiqu'il en soit, l'avenir pourrait très vite s'assombrir pour Netanyahu : en février dernier, le procureur général a annoncé son intention de l'inculper pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires de dons reçus de la part de milliardaires, d'échanges de bons procédés entre gouvernants et patrons, et de tentatives de collusion avec la presse.

Le procureur général a fixé au 10 juillet la date limite pour une audition de la dernière chance avant de décider de l'inculper.