Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"75.000 personnes portent nos implants rachidiens imprimés en 3D"

"75.000 personnes portent nos implants rachidiens imprimés en 3D"
Taille du texte Aa Aa

En marge d'une édition de Smart Regions sur un projet mené en Pologne avec le soutien de la politique de cohésion de l'Union européenne qui a permis d'élaborer une nouvelle gamme d'implants rachidiens imprimés en 3D, nous interrogeons le PDG et fondateur de l'entreprise polonaise à l'origine de ces innovations.

Avec l'augmentation de l'espérance de vie, les maladies de la colonne vertébrale par exemple deviennent plus fréquentes.

L'entreprise polonaise LfC située près de Zielona Góra apporte des solutions notamment grâce à ses implants en titane fabriqués en impression 3D. Un concept en gestation depuis longtemps comme nous l'explique son PDG et fondateur Lechoslav Ciupik.

"L'idée m'est venue il y a peut-être trente ans : en voyant des personnes handicapées, je me suis dit qu'il serait possible de les aider avec des implants," dit-il.

"Protéger et agir simultanément"

"On doit tout faire en même temps : protéger les nerfs et la circulation sanguine et agir au niveau du système osseux," fait remarquer Lechoslav Ciupik dont la société travaille main dans la main avec les chirurgiens pour adapter ses produits, mais aussi ses instruments et les procédures à mettre en œuvre lors des interventions.

"C'est difficile de réussir à faire cela simultanément parce que c'est aussi lié à l'habileté du chirurgien," précise-t-il.

75.000 bénéficiaires dans le monde

"À l'heure actuelle," renchérit le patron de cette entreprise polonaise qui a bénéficié dans le cadre de ce projet appelé "The Spine of the future" du soutien de la politique de cohésion de l'UE, "on estime que 75.000 personnes sont porteuses de nos implants en Pologne, mais aussi à l'étranger : en Allemagne, Belgique, en Europe, et puis hors de l'Europe : au Mexique, au Brésil, aux Etats-Unis, etc."