DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Sur la route des européennes" fait étape à L'Aquila en Italie

"Sur la route des européennes" fait étape à L'Aquila en Italie
Taille du texte Aa Aa

Nouvelle étape de notre "road trip" : L'Aquila. Il y a dix ans, cette ville italienne était détruite par un séisme : de nombreuses maisons et bâtiments avaient été dévastés et 309 personnes tuées. Les années ont passé et la ville est toujours en pleine reconstruction.

Partout dans L'Aquila, des échafaudages recouvrent la majeure partie des bâtiments. Et une controverse est née sur la construction de nouveaux logements financés par l'Union européenne.

Pour bien comprendre ce qui s'est passé pendant les dix années qui ont suivi le tremblement de terre et comprendre comment les habitants de L'Aquila vivent, notre équipe est partie à la rencontre d'Andrea Mancini et Stefania di Nardo. Ces deux habitants étaient à l'époque étudiants à L'Aquila.

"J'ai eu une réaction d'effroi, de terreur. J'ai pleuré lorsque j'ai vu le centre historique de la ville. J'ai réalisé qu'une tragédie venait de se produire. On voyait de la fumée à l'emplacement des maisons qui venaient de s'effondrer. On a compris que quelque chose de grave était arrivée et qu'un drame s'était produit", se souvient Andrea Mancini.

L'UE a financé un projet de construction de maisons provisoires à Coppito, en périphérie de L'Aquila.

Ce projet de 350 millions d'euros a été géré par le gouvernement italien de Silivio Burlesconi. Certains dénoncent aujourd'hui une mauvaise gestion des fonds, des maisons de mauvaises qualité et des projets infiltrés par des organisations criminelles.

"Dans certains appartements, les balcons se sont effondrés, dans d'autres il y a eu des infiltrations d'eau dans les murs. Ils y a eu des problèmes dans les sols et les plâtres ont été endommagés. Beaucoup de personnes ont connu ce genre de problème", explique Stefania di Nardo.

Marcella del Vecchio, habitante de Coppito, se souvient avec émotion des nombreuses personnes qu'elle connaissait et qui sont décédées dans le séisme : "J'ai perdu une amie très proche, ses enfants et aussi le médecin qui s'occupait de mes petits-enfants..."

Bien qu'elle se sente isolée dans cette nouvelle ville où elle habite depuis dix ans, Marcella del Vecchio estime que l'UE l'a soutenue, et pense donc aller voter aux élections européennes de mai prochain. "Bien sûr que je vais aller voter, c'est mon devoir et ce serait une façon de dire merci", souligne-t-elle.

Les travaux de reconstruction pourtant visibles à L'Aquila n'empêchent par certaines personnes de se sentir abandonnées par l'Union Européenne. "Comment l'UE nous perçoit-elle ? C'est ce que j'aimerais savoir : est-ce qu'elle nous voit ? Est-ce qu'elle comprend les différences ? Est-ce qu'elle comprend ce qui se passe ici ?", s'interroge une habitante. Une autre déclare : "L'Europe repose sur un système qui doit être détruit et reconstruit parce qu'il ne fonctionne pas. Le pouvoir des élites prend le dessus."

Andrea Mancini qui a ouvert un bar à L'Aquila après le séisme espère voir_"à nouveau le centre historique plein de monde, les commerces rouvrir... Et les gens retrouver le sourire"_.