DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vaccins obligatoires : comment font nos voisins européens ?

Vaccins obligatoires : comment font nos voisins européens ?
Taille du texte Aa Aa

Depuis le 1er janvier 2018, la France est devenue l'un des seuls pays européens à rendre obligatoires l'ensemble des vaccins inscrits à son calendrier : 11 au total. Mais comment s'organisent nos voisins européens ? Chaque pays a son calendrier et certains pourraient surprendre de nombreux Français... La majorité des pays européens optent en effet pour une simple recommandation.

En Italie : 10 vaccins obligatoires

En Italie, 10 vaccinations sont obligatoires depuis juin 2017, contre 4 auparavant : la diphtérie, la polio, le tétanos, l'hépatite B, les infections à Haemophilus influenzae de type B, la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. Ces quatre derniers sont soumis à des rappels tous les trois ans. De 6 à 16 ans, les pa­rents des en­fants non vac­ci­nés risquent des amendes de 100 à 500 €.

En France : 11 vaccins obligatoires

Depuis le 1er janvier 2018, le nombre de vaccins obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans est passé de 3 à 11. Sont concernés : la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les infections à Haemophilus influenzae de type B, l'hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Pour quel bilan ? Après 6 mois, le ministère de la Santé a annoncé des résultats positifs et une meilleure couverture de vaccination : celle concernant la diphtérie, le tétanos, la polio, la coqueluche, l'Haemophilus influenzae de type B et l'hépatite B est passée de 93,1 % en 2017 à 98,6% sur la même période en 2018.

La couverture vaccinale des infections à méningocoque de type C a enregistré un bond encore plus important, la part de la population vaccinée est passée de 39% à plus de 75%.

Dans les textes aussi, en principe, un refus de vaccination de la part des parents peut entraîner de lourdes sanctions : 6 mois d'emprisonnement et plus de 3700 euros d'amende.

En Europe centrale et de l'Est : entre 9 et 13 obligatoires

Plusieurs pays d'Europe de l'Est et d'Europe centrale ont un nombre de vaccins obligatoires compris dans une fourchette assez élevée : 9 pour la République tchèque, 10 pour la Slovaquie, 11 pour la Pologne, la Hongrie et la Bulgarie, et 13 pour la Lettonie.

En Grèce : 14 vaccins obligatoires

Les vaccins suivants sont obligatoires pour les enfants et les adultes : l'hépatite B, la diphtérie-tétanos-coqueluche, les infections à Haemophilus influenzae de type B, la polio, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole, mais aussi l'hépatite A, et la varicelle.

En Grèce toujours, les vaccins contre la grippe et d'autres types d'infection à pneumocoque sont rendus obligatoires pour les personnes âgées de plus de 60 ans.

En Belgique : 1 obligatoire

En Belgique, seul le vaccin contre la polio est obligatoire. Onze autres vaccins sont seulement recommandés.

En Grande-Bretagne : rien d'obligatoire, mais...

Les vaccins ne sont pas "obligatoires" mais sont recommandés avec un vaccins 6 en 1 au cours des 4 premiers mois après la naissance, qui vaccine contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, les infections à Haemophilus influenzae de type B et l'hépatite B.

Sont également recommandés les vaccins contre les infections à pneumocoque et celles à méningocoque avant 1 an, ainsi que le triple vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole dès l'âge d'un an.

Autres pays concernés par des recommandations uniquement : Estonie, Lituanie, Danemark, Suède, Finlande, Irlande, Luxembourg, Portugal...

En Allemagne : des recommandations, mais plus pour longtemps ?

En Allemagne, depuis avril 2019 et uniquement dans le Land de Brandenburg, seule la vaccination contre la rougeole est obligatoire. Dans l'ensemble du pays, ce ne sont que des recommandations qui sont émises aux parents.

Cependant, le ministre de la Santé Jens Spahn a récemment lancé le débat sur l'éventualité de rendre obligatoire les vaccinations. Les cas de rougeole inquiètent les autorités, comme en Autriche ou en Suisse, où là aussi, la vaccination est une recommandation uniquement, mais où les discussions pour faire évoluer la loi ont été entamées.

Mais depuis 2015, les parents qui refusent de vacciner leurs enfants peuvent en théorie écoper d'une amende de 2 500 euros.