EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Fête du Travail : un 1er mai rouge... et jaune

Fête du Travail : un 1er mai rouge... et jaune
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une fête du travail marquée par la mobilisation des Gilets Jaunes en plus de celle des syndicats, entre 150.000 et 300.000 personnes dans tout le pays. Un 1er mai marqué aussi par des scènes de violences à Paris.

PUBLICITÉ

Mobilisation rouge.. et jaune en ce mercredi 1er mai en France. Une fête du travail marquée par la mobilisation des Gilets Jaunes en plus de celle des syndicats, entre 150.000 et 300.000 personnes dans tout le pays. Un 1er mai marqué aussi par des scènes de violences à Paris, avec, à nouveau, des affrontements entre police et Black Blocks.

Sous une présence policière très forte, 3.400 personnes ont défilé à Nantes, 6.200 à Lyon, 5.500 à Marseille, et jusqu'à 20.000 à Toulouse selon la CGT. Ambiance plutôt bon enfant en régions donc, alors qu'à Paris, les choses ont très vite dégénéré.

A Montparnasse, tout d'abord : le quartier a été entièrement quadrillé par les CRS et c'est là que les échauffourées ont commencé. Tirs de gaz lacrymogènes, jusqu'à saturation de l'air ambiant, contre divers projectiles, pavés et bouteilles de verre, le scénario est désormais bien connu. Des vitrines sont brisées, des poubelles et quelques véhicules incendiées, et viennent ajouter à la confusion des scènes où l'on voit des Gilets Jaunes se battre contre des syndicalistes.

Sur le chemin de la manifestation, la faculté de la Pitié Salpêtrière et le commissariat du XIIIe arrondissement sont le théâtre d'affrontements, avant que la place d'Italie, où le cortège a fini par arriver, soit complètement noyée sous les gaz lacrymogènes... Vers 19h, le carrefour est évacué. Bilan, plus de 300 interpellations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Journée “prisons mortes” en France suite à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire

No comment : des étudiants propalestiniens manifestent à la Sorbonne

La police a évacué un campement de migrants à Paris