DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le calme avant la tempête à Caracas ?

Le calme avant la tempête à Caracas ?
Tous droits réservés
REUTERS/Ueslei Marcelino
Taille du texte Aa Aa

Le calme est de retour à Caracas quelques jours après l'appel au soulèvement de l'armée... Mais les partisans de l'opposition continuent d'occuper les rues avec de petites manifestations comme celles-ci et en attendant les instructions pour la grande mobilisation de samedi. José Roberto Rios, fonctionnaire au ministère de l'Education qui gagne environ l'équivalent de 4 dollars par mois, dit qu'il continuera de manifester, même au prix de son travail :

"Ecoutez, je n'ai pas peur. J'ai demandé aux autres fonctionnaires de me rejoindre. Ce n'est pas le moment d'avoir peur. Nous devons descendre dans les rues. Qu'avons-nous à perdre ? Qu'est-ce-que j'ai à perdre ? 18 000 bolivars de salaire . Qu'est-ce que je fais avec ça ? Je ne peux rien faire avec ça."

Depuis le siège de son parti Volonté populaire, Juan Guaido a appelé les fonctionnaires à la grève dite progressive. Ce sera une grève par secteur qui doit aboutir à une grève générale dont la date n'a pas encore été fixée.

Rafael Veloz, député de Volonté populaire, nous explique que le but est d'unifier le mouvement de contestation au niveau national pour accentuer la pression sur le président Maduro :

"Lorsque nous exerçons cette pression, comme nous le faisons maintenant, le système tombe. Ce système, appelé Socialisme du 21e siècle, n'a jamais été aussi affaibli depuis ces 20 dernières années."

Mais Maduro aurait l'intention de faire évoluer les réformes et la redistribution de la rente pétrolière initiées par Hugo Chavez, appelées révolution bolivarienne. Des mois toujours plus incertains se profilent pour les Vénézuéliens.

Et notre correspondant à Caracas, Héctor Estepa de conclure :

“Nicolas Maduro a appelé les Vénézuéliens à participer à un week-end de grands débats. L'objectif des réunions étant de préparer un plan de changement, de rectification de la révolution bolivarienne. L'opposition pour sa part continue d'appeler à la mobilisation dans les rues."