Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Prostitution: six mois de prison avec sursis en Belgique pour le gérant d'un site décrié

Prostitution: six mois de prison avec sursis en Belgique pour le gérant d'un site décrié
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un entrepreneur norvégien, gérant d’un site internet proposant à des étudiantes de rencontrer de riches hommes âgés, a été condamné mercredi en Belgique à six mois de prison avec sursis pour incitation à la prostitution.

C’est la peine qu’avait requise le parquet à l’encontre de Sigurd Vedal lors de l’audience le 4 avril devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.

A l’automne 2017, la campagne de publicité lancée par le site “RichMeetBeautiful” au moment de la rentrée étudiante avait défrayé la chronique à Bruxelles puis à Paris.

Dans la capitale belge, la justice avait fait saisir le camion utilisé pour l’affichage ambulant, dont le slogan était le suivant: “Hey les étudiantes, améliorez votre style de vie, sortez avec un Sugar Daddy!”.

“Sugar Daddy” (ou “Sugar Mama”) est une expression américaine déjà ancienne qui désigne un homme (ou une femme) âgé entretenant une jeune personne.

L’affiche en Belgique du site “RichMeetBeautiful” était illustrée d’une poitrine féminine à peine cachée par un soutien-gorge, et le camion circulait à proximité du campus de l’Université libre de Bruxelles (ULB), qui avait porté plainte.

Me Laurent Kennes, avocat de l’ULB, a salué le jugement, qui punit à la fois l’incitation à la prostitution et la publicité faite pour un tel site.

“La fermeture provisoire du site devient définitive en Belgique”, a ajouté Me Kennes à l’AFP.

Sigurd Vedal a aussi été condamné à une amende de 24.000 euros, et sa société à régler 240.000 euros.

“La décision de faire appel ou non appartient à mon client”, a simplement dit son avocat, Me Eric Cusas.

Lors du procès en avril, l’entrepreneur norvégien de 57 ans, qui est aussi conseiller en développement personnel, avait expliqué favoriser simplement des rencontres “sortant de l’ordinaire” entre des personnes aisées et d’autres qui le sont moins.

Une version fermement contestée par la représentante du parquet, pour qui la communication du site était “hypocrite”, car “même si on parle à mots couverts, tout le monde comprend de quoi il s’agit”.

En France, une enquête avait été ouverte fin octobre 2017 par le parquet de Paris contre le même site, pour “proxénétisme aggravé”. Là aussi le site incitait ouvertement les étudiantes confrontées à des problèmes d’argent à recourir à un “Sugar Daddy”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.