DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pétrole dans le Golfe : "Amorcer la désescalade"

Pétrole dans le Golfe : "Amorcer la désescalade"
Taille du texte Aa Aa

Pour la 3e journée consécutive, les prix du pétrole ont augmenté ce jeudi, les craintes de rupture d'approvisionnement dans un contexte de tensions accrues au Moyen-Orient ont éclipsé l'augmentation des stocks de brut aux États-Unis. Dans un entretien exclusif avec euronews le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis explique comment ils agissent pour calmer le malaise sur les marchés.

Rebecca Laughlin-Eastham, euronews : Un cinquième de la consommation mondiale de pétrole passe par le détroit d'Ormuz. C'est un point très stratégique. Quel message enverriez-vous aux marchés des produits de base et même aux marchés boursiers mondiaux qui se sentent mal à l'aise en ce moment étant donné la situation ?

Anwar Gargash, ministre émiratis des Affaires étrangères : Je pense que le malaise est naturel. Mais je pense aussi que ces marchés comprennent que le Golfe a connu suffisamment de turbulences. Le message que nous enverrons aux marchés dépendra vraiment de la façon dont nous gérerons la situation et c'est pourquoi il est nécessaire d'amorcer la désescalade et de traiter cette question avec prudence, en utilisant la politique comme ressort principal. Faire tout cela est nécessaire parce que cela envoie différents messages, pas seulement sur le plan militaire et politique mais aussi sur le plan économique .

L'Union française des industries pétrolières s'inquiète aussi d'une situation "jamais aussi tendue depuis une dizaine d'années" dans le Golfe.

Téhéran a menacé à plusieurs reprises de fermer ce détroit stratégique d'Ormuz par où passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe.