Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Scandale Ibiza" en Autriche : l'extrême droite balayée

"Scandale Ibiza" en Autriche : l'extrême droite balayée
Tous droits réservés
REUTERS/Leonhard Foeger
Taille du texte Aa Aa

C'en est fini de la coalition droite-extrême droite en Autriche. La vidéo compromettant le vice-chancelier Strache a tout emporté sur son passage : après sa démission, ce lundi c'est le ministre de l'Intérieur Herbert Kickl qui a été limogé par le chef du gouvernement et dans la foulée, tous les ministres du FPÖ, le parti d'extrême droite, ont démissionné en bloc.

Sebastian Kurz avait anticipé cette chute de sa coalition, et des élections générales anticipées vont être convoquée : "Le FPÖ- et vous l'avez sans doute vu - a annoncé qu'il renoncerait complètement au gouvernement si le ministre de l'Intérieur était destitué. Si tel est le cas - et je suppose que ce sera juste après cette annonce - nous nous sommes mis d'accord avec le président pour garantir la stabilité du pays jusqu'aux élections. Par conséquent, nous allons pourvoir les postes vacants dans les ministères avec des experts et de hauts fonctionnaires."

La fameuse caméra cachée qui accable l'ex vice-chancelier autrichien tombe mal, à quelques jours des élections européennes, lors desquelles justement les nationalistes comptaient faire une percée. En Autriche, le FPÖ a reculé ces dernières heures de cinq points dans les intentions de vote.