DERNIERE MINUTE

La Libye, déchirée et exsangue, au bord de la guerre civile

La Libye, déchirée et exsangue, au bord de la guerre civile
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une guerre longue et sanglante, c'est ce que craint l'émissaire des Nations Unies pour la Libye. Ghassan Salamé avertit que le pays est au bord de la guerre civile.

Sur place, notre envoyée spéciale Anelise Borges raconte la guerre que se livrent les troupes loyales au gouvernement de Tripoli et celles du général rebelle Khalifa Haftar. La perspective d'une stabilité et d'une prospérité post-Khadafi est désormais bien loin.

«La bataille de Tripoli se déroule sur un très long front qui s'étend sur plusieurs kilomètres. Nous nous dirigeons maintenant vers l’un des points chauds, là où de violents combats ont eu lieu ce week-end. Nous allons retrouver sur le front de Wadi Rabia les combattants du GNA, le Gouvernement d'Accord National. Ils résistent depuis six semaines maintenant à l'offensive de Khalifa Haftar."

Les traces des affrontements et les scènes de destruction sont omniprésentes dans toute cette partie du nord de la Libye. Nous retrouvons Anelise en périphérie de Tripoli, la capitale.

«Il est facile de voir à quel point la bataille a été féroce ici. Presque tout autour de moi a été criblé de balles. Il y a des tireurs d’élite par ici, donc nous ne pouvons pas rester ici longtemps... mais nous savons que les forces loyales à Khalifa Haftar sont très proches. De ce côté, il y a les forces fidèles au gouvernement de l’Accord national, qui se disent prêtes à rester aussi longtemps que nécessaire pour défendre leur révolution et empêcher qu'une nouvelle dictature militaire prenne le contrôle de la Libye."

Quel répit pour le gouvernement officiel ?

Derrière cette résistance armée se trouve le Premier ministre officiel de Libye, Fayez el Serraj. Nous lui avons demandé combien de temps il pensait tenir face à cette armée dissidente, soutenue par les Emirats arabes unis et l'Egypte :

«Ce sont des groupes criminels, dit-il, des groupes idéologiques, des voyous et des hors-la-loi. Il les a tous rassemblés et a convaincu le monde qu'il s'agissait d'une armée officielle organisée. Nous défendons le rêve de tous les Libyens d'établir un État civil. Nous continuerons à défendre notre rêve , notre capitale, nos maisons et notre peuple jusqu'à ce que cette offensive soit stoppée et que toutes ces troupes d'envahisseurs rentrent chez elles.”

Les tentatives de médiation de l'ONU continuent mais tous les pays ont choisi des camps différents.

"Face au risque d'escalade, l'urgence est d'établir un cessez-le-feu sans préconditions", estime l'ambassadeur français aux Nations Unies. Car en attendant, ce sont les groupes islamistes, présents en petites poches sur le territoire libyen, qui profitent du conflit pour gagner du terrain.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.