Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: combats et nouvelles frappes du régime dans un bastion jihadiste

Syrie: combats et nouvelles frappes du régime dans un bastion jihadiste
Taille du texte Aa Aa

Des raids aériens du régime syrien ont tué jeudi huit civils dans le dernier grand bastion jihadiste du nord-ouest de la Syrie où les affrontements se poursuivent au sol entre forces progouvernementales et combattants de l'ex-branche d'Al-Qaïda, selon une ONG.

Dans la nuit de mardi à mercredi, des frappes avaient déjà tué 23 civils, dont 12 fauchés par un bombardement sur un marché bondé à l'occasion de la rupture du jeûne du ramadan, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La province d'Idleb et des segments de celles voisines de Hama, Alep et Lattaquié, dominés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda), sont le théâtre depuis fin avril d'une recrudescence des violences.

Dans la localité de Kafr Aweid, dans la province d'Idleb, les raids aériens de jeudi ont pulvérisé la surface de certains bâtiments, les décombres s'amoncelant dans les parties intérieures, a constaté un photographe de l'AFP. Deux fillettes ont été tuées dans ces frappes, selon l'OSDH.

Sur un des sites bombardés, le photographe de l'AFP a pu voir un jeune garçon courir en pleurs, des taches de sang sur les pieds.

Dans la province de Hama, les forces progouvernementales syriennes ont affronté jeudi pour le troisième jour consécutif les jihadistes de HTS qui mènent une contre-attaque autour de la localité de Kafr Nabuda. Dix-sept combattants ont été tués dont 11 jihadistes, selon l'OSDH.

Au total, plus de 100 combattants ont trouvé la mort dans ces affrontements dans la région de Kafr Nabuda depuis mardi, a indiqué la même source.

Les forces du régime syrien avaient repris la ville de Kafr Nabuda le 8 mai mais mercredi, les jihadistes en ont de nouveau conquis une grande partie.

Idleb et ses environs ont fait l'objet en septembre 2018 d'un accord entre Moscou et Ankara sur une "zone démilitarisée" devant séparer les territoires aux mains des insurgés et des jihadistes des zones gouvernementales attenantes.

Partiellement appliqué en raison du refus des jihadistes de se retirer de la future zone tampon, cet accord avait permis d'éviter une offensive d'envergure de l'armée syrienne. Mais le régime a continué d'y mener des frappes.

Depuis la fin avril, ces dernières se sont intensifiées et les forces du régime se sont emparé de plusieurs villes dans le sud d'Idleb et le nord de Hama.

Vendredi, l'ONU a sonné l'alarme sur le risque d'une "catastrophe humanitaire" à Idleb.

Depuis fin avril, plus de 200.000 personnes ont fui les combats, d'après le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Le régime syrien, appuyé par ses alliés indéfectibles, Moscou et Téhéran, a multiplié ces dernières années les victoires jusqu'à asseoir son contrôle sur près de 60% du pays, déchiré depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 370.000 morts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.