Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le pape rassemble des milliers de fidèles en Transylvanie

Le pape rassemble des milliers de fidèles en Transylvanie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils ont bravé la pluie et parcouru plusieurs kilomètres sous des parapluies pour venir écouter le pape François et prier avec lui au sanctuaire marial de Csiksomlyo, en Roumanie. Des dizaines de milliers de fidèles catholiques de langue hongroise, certains vêtu dans des costumes traditionnels, ont répondu à l’appel du Saint Père pour une messe en plein air, temps fort de son périple de trois jours en Roumanie.

"La météo n'a pas d'importance, ce qui compte c'est notre âme et dans quel état d'esprit on vient ici", confie une femme.

"Nous venons de Pecs en Hongrie mais nous sommes originaires de Belgique. Je crois que ce lieu est un endroit central pour les Hongrois de Transylvanie, mais pas seulement pour eux, pour tous les Hongrois du bassin des Carpates", ajoute un autre.

"Une expérience incroyable"

Cet événement est perçu comme une reconnaissance de l'identité hongroise de la Transylvanie, un territoire du centre ouest de la Roumanie qui revendique son particularisme culturel. Et pour ménager les sensibilités, l'homélie du pape a été lue en roumain puis en hongrois.

"C'est une expérience incroyable pour moi. C'est la toute première fois de l'Histoire que le pape nous rend visite et je crois sûrement la seule", estime cet homme.

Seul Jean Paul II, s’était rendu en Roumanie en 1999. Ce fut alors le premier voyage d'un pape dans un grand pays orthodoxe.

"Malgré la pluie torrentielle et la boue, les fidèles se sont rassemblé tout autour de cette montagne. Ils nous ont confié que la visite du pape était si importante pour eux que même le mauvais temps ne les a pas découragés", résume Beatrix Asboth, envoyée spéciale d'euronews à Csiksomlyó en Roumanie".